LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Numéro 19. Une fête (10•9•8•7•6•5•4•3•2•1)

1h
À retrouver dans l'émission

Code de nuit
Code de nuit Crédits : Radio France

L'atelier intérieur s'ouvre à la dernière heure. On entre dans un territoire qui s’annonce insomniaque. Penser la nuit pour faire réfléchir les jours. Ce soir, ce seront des départs de fête. Une heure avant de quitter cette année. 60 minutes avant de se lancer dans du nouveau, on est au moment où on décide que oui, on va danser. Quelque chose se transforme, le corps s’étire, se détend. C’est un basculement qui précède l’engagement. L’immersion. Le corps soudain pris par le démon. Faire du chaud puis faire du froid. Des accélérations, montées d’excitation. Une nouvelle temporalité. On n’en finit pas de tomber, de se relever, de danser, on introduit du ralenti dans nos vies, un nouveau temps. Celui de la fête. En bons épicuriens, s’engloutir dans le présent. Il n’y a plus de durée. Un peu de désordre, enfin. Et alors, qu’est ce qui fait danser ? Quel son et quelle liqueur. C’est, dans le rituel, la possible et éphémère anarchie. La fête a un temps limité, il faut se hâter. C’est ce soir ou jamais. Ouvrir le secret, ouvrir un peu d’érotisme, et d’intimité. L’image de départ, ce soir, est sonore, c’est un morceau : celui de Chloé, The Waiting Room . Chloé, que vous connaissez DJ, appelle son album The Waiting Room , La salle d’attente . Comme pour évoquer le moment d’avant, en suspend. Avant d’entrer en scène, et d’être, alors, à l’origine de nouveaux gestes. Refuser la musique sucrée. Choisir la complication pour injecter de l’irréalité. Du fantasme, et dans l’air, de la légèreté. Créer un espace mental et commun. Observer, et jouer sur les corps avec ses mains. Plus tard, on goûtera au liquide divin, champagne et vin. Le diable au corps, on ira sagement jusqu’à l’ivresse, le vin aura du corsage, de la robe, de la cuisse, il nous rendra lui aussi, vivant. Chaque minute est une minute gagnée sur le passé. Nos lèvres sont prêtes à goûter à l’absence de durée. Ce sera beaucoup de bruit / pour qu’à minuit, on ne sache plus sur quel pied danser.

Le chemin ce soir ira de 10 pour aller à 0, c’est un décompte. Il nous reste une heure. C’est la dernière. On partira des fêtes d’hier pour aller à celles de demain, et vivre l’instant. C’est le moment où oui, on décide qu’on va aller danser. Si vous êtes chez vous, il va falloir participer, il va falloir se lever… debout, la secousse commence maintenant. Pour l’impact de la fête sur les corps ce soir, voilà ceux qui sont là :

Je voulais savoir comment faire danser, avec celle qui sait : Chloé Thévenin , ou simplement Chloé, que vous connaissez aussi comme DJ Chloé .

Écouter
7 min
Écouter

L'artiste Cécile Paris a lancé le projet Code de nuit : ouvrirla discothèque comme un laboratoire … où l’on observe en étant observé.
Il fallait un peu d’ivresse, il fallait un amoureux, un homme : Philippe Brenot, psychiatre, écrivain… pour son amour des fêtes depuis l’Antiquité, et son bel ouvrage Le vin et l’amour.

Enfin, il vient pour les grands événements dans l’Atelier intérieur. François Chaignaud , danseur chorégraphe, était là après l’été pour raconter la plage du Cap d’Agde. Il est là avant la nouvelle année pour dire et raconter comment on danse autour du monde ici et ailleurs en ce moment. Séance d'apprentissage du Twerk.

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......