LE DIRECT

Numéro 26. Mille et deux nuits

1h
À retrouver dans l'émission

Samia Gamal by Loomis Dean March
Samia Gamal by Loomis Dean March Crédits : Radio France

L’Atelier intérieur s'ouvre aux mille et une, aux mille et deux nuits. La nuit d’après, celle qui suit. La nuit érotique. Celle qui a, oui, une histoire de plus de deux mille ans que certains voudraient faire oublier. Effacer. Parce que parfois : il y a trop de présent. Des révolutions, des changements, des guerres possibles, et du présent si fort, si cruel, si changeant qu’il accapare les yeux et les corps. Les jours sont trop puissants. On en oublie nos nuits. On ne voit plus rien dans le noir, on ne sent plus l’érotisme : alors que c’est une arme à la hauteur de celles qui se montrent en plein jour. L’image de départ ce soir sera celle qui se forme dans vos esprits à l’annonce du titre du spectacle de Radhouane El Meddeb. Au temps où les arabes dansaient . Ca vous fait penser à quoi, à quand ? Au temps où les arabes dansaient . Vous avez le droit de faire bouger les ventres. Mais pas en sépia. Les aïeux désormais n’auront plus le monopole du bon temps. Ils n’auront plus l’exclusivité de « si tu avais connu » et l’âge d’or il sera à venir. D’ailleurs il n’existe plus ce mot : l’âge d’or . Ce qui vient demain l’annule immédiatement. Regardez-nous bien, nous sommes aujourd’hui, les enfants sortis de vos ventres qui se doivent de transmettre la liberté aux nôtres. Regardez-nous bien. Pas dans les yeux non : dans le bassin . Au niveau du nombril. Ca recommence à valser. Tout dans vos bouches s’évapore : avant … : non. Au temps où … : non. A l’époque … non plus. Il y a de l’actualité le jour. Il y a de l’éternité la nuit. Toujours se demander : dans quel sens on marche, en avant ou en arrière ? Et choisir la solution première. Ce sera une nuit à remonter le temps à chanter hier / pour mieux danser demain. Pas de rembobinage. Nous sommes en direct, on perd contre le temps. Ce sont les milles et une et une et une et une nuit. Les nuits avancent et jamais ne reculent. Plus de clichés. Plus de danse du ventre. Mais de la sensualité puisqu’elle existe depuis des milliers d’années. Puisque le poète disait déjà au 9è siècle : sois téméraire. Sois impudique en amour . Voilà se déroulera sous vos yeux l’heure qui vient, un petit âge d’or du corps. Il est là il est à venir : allons jouir de ce qui fait peur à certains : le corps désire, le corps est puissant et donc il est révolutionnaire.

Radhouane El Meddeb, chorégraphe, pour Au temps où les arabes dansaient … (104) sur la nostalgie de l’âge d’or des rythmes et films des années 40 à 70 dans les pays arabes. Monde brillant sans condamnation, sans prohibition.

Malek Chebel anthropologue, pour quelques images du Kama Sutra Arabe (Ed Pauvert). Lectures Laetitia Dosch .

Au téléphone depuis Beyrouth, Alexandre Paulikevitch, danseur libanais, qui évoquera son spectacle Tajwal : le paradoxe du corps sensuel et violenté au Liban.

LIVE : la tunisienne Emel Mathlouthi

Amélie Bonnin dessine l'émission en direct

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......