LE DIRECT

Numéro 27. La mélodie du boucher

1h
À retrouver dans l'émission

Cochon qui s'en dé dit
Cochon qui s'en dé dit Crédits : Radio France

L’Atelier intérieur s'ouvre aux mains du boucher. Aux doigts qui savent toucher : la chair, le sang, les peaux, qui connaissent les gestes, en sont dépositaires. Le boucher est : un homme d’action, une somme de gestes. C’est une valse précise : ça aiguise, ça découpe, ça désosse, ça isole les muscles, ça élague les nerfs. Ça engage la personne toute entière. On peut dire du boucher « c’est un homme de métier ». Qui a dans les doigts de l’histoire. Qui a dans le corps de l’effort. Qui a l’épiderme qui rougit. Et qui dort à cette heure-ci. C’est l’héritier des premiers chasseurs. Des premiers sacrifices. Avec lui on entre dans le rituel. L’image de départ ce soir serait celle-là : c’est une phrase toute simple, elle est dans le roman de Joy Sorman Comme une bête , elle est au milieu : il faut faire confiance à un boucher tout nu . C’est : il faut faire confiance à PIM, apprenti boucher qui commence la boucherie et qui commence à aimer et qui fait le travail et l’amour en sondant les anatomies. Un homme qui peut à la fois, oui, fendre les os et caresser la peau. Un homme qui pleure, qui fait couler ses larmes sur le couteau. La viande est pleine de vie et la vie se transmet. écrit Joy Sorman. Ce soir, c’est faire corps. Etre sur la bête. Toucher pour voir si c’est tendre. On parlera à la noblesse de la viande et des gestes. Sans ironie et hors actualité. A ce qui est intemporel, indatable et qui a des milliers d’années. Ce n’est pas anodin de découper des bêtes… c’est devant soi une certaine idée du tragique. Les mots du boucher basculent pour nous dans le mythe : c’est entendre des phrases comme : Tu peux m’apporter du sang ? Je voulais assurer le sang . On parle de chair, on parle de passion et donc de dévoration. Des ébats et des abats. De la tête au ventre. Du rouge des joues à celui du cœur. Une adrénaline et des questions béantes : a-t-on du cœur, du ventre, des tripes ? Peut-on voir au fond de son corps ? Ce que les entrailles diraient. Ne pas se contenter d’être une surface étanche. Est ce qu’on a le cran de voir du sang, de voir son sang, et en comprenant, de le faire aller bien plus vite et bien plus fort ?

valse.gif

Le chemin ce soir est rouge et il est charnel. On partira de la viande pour aller au tissu, on passera par la peau. On tentera de faire corps et de rester tendre… et ça commence maintenant.

Elle a soudain eu une obsession, elle s’est mise à se lever tôt, à entrer dans les chambres froides, à aller à Rungis. Joy Sorman , auteur de Comme une bête : Pim apprenti boucher et amoureux de la viande.

A la lecture, la comédienne Constance Dollé .

Écouter
2 min
Écouter

Amélie Bonnin pour son documentaire La mélodie du boucher sur la boucherie de son oncle, famille bouchers depuis 6 générations, qui va bientôt fermer. A Vendoeuvres, dans le centre de la France. (25 avril sur ARTE à 23h40).

Elle dessine aussi l'émission, comme chaque semaine.

Écouter
2 min
Écouter

Clémence Joly pour sa boucherie de laine. Crochet en direct : un chapelet de saucisses .

LIVE : une beauté sèche, un bestiaire particulier, le groupe ARLT . Eloize Descazes et Sing Sing.

Écouter
2 min
Écouter
Cochon
Cochon Crédits : Radio France
Laine
Laine Crédits : Radio France
ARLT
ARLT Crédits : Radio France
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Amélie Bonnin, la boucherie
Amélie Bonnin, la boucherie Crédits : Radio France
Amélie 1
Amélie 1 Crédits : Radio France
Amélie 3
Amélie 3 Crédits : Radio France
Amélie 2
Amélie 2 Crédits : Radio France
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......