LE DIRECT

Numéro 29. L'exil -Golshifteh Farahani

1h
À retrouver dans l'émission

Nahal Tajadod et Golshifteh Farahani
Nahal Tajadod et Golshifteh Farahani Crédits : Radio France

Semaine Printemps des Poètes dans les Ateliers de la nuit

L’Atelier intérieur s'ouvre à l’exil. A ce qui fait perdre et tout recommencer. Ce qui fait réfléchir à ce que l’on garderait : qu’est ce qui pourrait témoigner de ce que l’on a été ? Le poète persan Rumi avait choisi la poésie. Le poème se lit oui, mais d’abord il se vit. Et comme c’est le Printemps des poètes cette semaine dans les Ateliers de la nuit , deux femmes en studio, deux vies cramponnées à la poésie. Dont on pourrait dire : c’est tout un poème . D’ailleurs l’une est devenue le personnage du roman de l’autre. Golshifteh Farahani a dit oui à Nahal Tajadod. Ce sont deux exils à 30 ans d’écart. Deux Iran. Golshifteh a fait son premier film à 14 ans, et à 14 ans déjà elle réalise que tout est éphémère. Elle se dit petit soldat du cinéma, qui un jour prend sa liberté au risque de perdre son pays. L’image de départ ce soir serait celle-là : « la maison de notre enfance celle qui n’existe plus, celle qui est en ruine, celle qui est habitée par d’autres » écrit Nahal Tajadod. L’exil accélère l’oubli, il paraît. Pourtant il reste encore les odeurs des bibliothèques, les bruits des portes, pourtant il y a des lieux que l’on ne quitte jamais. Après une biographie de Roumi, Nahal s’intéresse à Golshifteh Farahani. Parce qu’elle a en elle la question du poète : « d’où je suis, moi » ? Pour l’émission de ce soir, Golshifteh nous a dit : je suis là lundi soir à 99%. Probablement . On a décidé d’y croire et on a bien fait. On a pris le risque : d’avoir une absence, parce que la vie nomade c’est aussi ça parfois : du silence à un endroit. C’est ne promettre à personne un lieu à telle heure parce qu’à elle rien n’a été promis. C’est ne pas croire complètement aux rendez-vous. C’est présenter tout comme un miracle. Une chance. Quand on vous a enlevé l’envol et l’élan, pour mettre sous vos pieds la contrainte de certains tracés, alors : arrive ce qui arrive . Et ce n’est pas une coquetterie. Ca fait partie du poème. Ca fait partie du poème, donc, de se dire que l’émission de ce soir aurait pu ne pas avoir lieu. La présenter comme un miracle, et alors qu'elle fait du silence à un autre endroit : la vivre jusqu’à minuit en faisant l’inventaire de tout ce qu’ici ou très loin , témoigne et témoignera toujours, comme cette maison habitée par d’autres , de ce que l’on est

Golshifteh Farahani, actrice iranienne, en exil depuis 6 ans.

Et Nahal Tajadod, écrivain iranienne, pour son roman Elle joue : récit de la vie de Golshifteh Farahani et de leur amitié.

Sur leur exil, la reconstruction d’un intérieur « ailleurs ». Nahal Tajadod est spécialiste du poète persan soufi RUMI

Écouter
1 min
Écouter

A la lecture d'Ossip Mandelstam, Marina Tsetaeva et Rumi, la comédienne Anne Steffens.

LIVE : St LO - trio breton avec la chanteuse américaine Hanifah Walidah

Écouter
4 min
Écouter

Amélie Bonnin dessine les vies qui recommencent, elle dessine en direct l'émission

Amélie 1
Amélie 1 Crédits : Radio France
Amélie 2
Amélie 2 Crédits : Radio France
Amélie 3
Amélie 3 Crédits : Radio France
Amélie 4
Amélie 4 Crédits : Radio France
Amélie 5
Amélie 5 Crédits : Radio France
Amélie 6
Amélie 6 Crédits : Radio France

En m'enlevant les mers, et l'envol et l'élan, Pour mettre sous mes pieds le sol et sa contrainte, Qu'avez-vous obtenu ? Un résultat brillant : Ces lèvres qui remuent sont hors de votre atteinte. ---Ossip Mandelstam --- Les Carnets de Voronej

Golshifteh Farahani et Nahal Tajadod
Golshifteh Farahani et Nahal Tajadod Crédits : Radio France
Golshifteh Farahani, Nahal Tajadod, Hanifa Walida, Aurélie Charon
Golshifteh Farahani, Nahal Tajadod, Hanifa Walida, Aurélie Charon Crédits : Radio France
St LO
St LO Crédits : Radio France
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......