LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Numéro 34. Mexico city

1h
À retrouver dans l'émission

Nicolas Comment
Nicolas Comment Crédits : Radio France

23h et s’ouvre un nouveau royaume. De ceux qui cultivent le jet lag , le décalage horaire, entre jadis et naguère. Qui ont l’immarcescible désir de partir sans s’attarder nulle part. Ceux qui poursuivent le présent pour vite écrire à l’imparfait, et vivre dans le poème. Surtout, ne pas rester chez soi dans son vocabulaire, la langue n’a rien de maternel : il faut partir puisque l’image élargit le langage. C’est l’art de l’esquive : on ne vieillit pas quand on voyage. Gérard Manset chante l’être solitaire, celui plus fort que l’armée entière. La force de marcher et voyager seul, fait diviser par dix les découvertes de ceux qui ne l’ont pas fait. L’image de départ ce soir serait celle-là : la chevelure, la nuque, et le port de tête d’une femme,… celle qui semble dire « on ne m’atteint pas ». Poursuivie par un homme qui photographie, Nicolas Comment, dérivant dans Mexico par la peau, par la chair. C’est une fuite, et disons une fugue puisque c’est musical. Mexico City valse ce soir, le rythme est ternaire. Et j’ai presque envie de vous donner l’air de Gérard Manset : il voyage en solitaire, et nul ne l’oblige à se taire. Parce que les mots sont collés aux paysages. Quand on s’abouche à l’ailleurs, c’est à tout jamais. Et ce sont les chambres d’hôtel ici et là qui font que l’on est au bon endroit, que l’image est juste. C’est l’idée de toucher toutes ces nappes colorées, ces fruits, ces différents draps…c’est l’idée, en étant le plus loin possible, de toucher peut-être une fois l’absolu en soi. Puisque les pas perdus, il n’y en a pas.

Le chemin ce soir est un voyage : on part des années 80, pour Mexico aujourd’hui jusqu’à Mexico en direct. D’avant jusqu’au présent, ce sont des voyages en solitaire mais personne ne nous obligera à nous taire : alors on commence maintenant. Pour le son non pas du pays, mais de l’effet qu’il produit : voilà ceux qui sont là : trois hommes 1.

Le premier on le dit insaisissable, l’atelier intérieur le saisit pour une heure, Gérard Manset , chanteur, compositeur, poète exigent qui a offert à Bashung ou Gréco ses mots. Voyageur et photographe des mondes oubliés : il faut voir son exposition « Journées ensoleillées » à la Galerie Vu de Paris c'est jusqu'au 19 mai.

Écouter
3 min
Écouter

Pour Mexico et sa sensualité, Nicolas Comment , photographe, chanteur, qui sort un disque, et revient du Mexique, il expose aussi ses photos à la Galerie Vu, ça s’appelle « Mexico City Waltz ».

Un autre homme rare, le compositeur chanteur Ghédalia Tazartès , pour la musique du film muet de 1922 « Haxan » la sorcellerie à travers les âges, au Lieu Unique de Nantes ce sera vendredi soir, et à Marseille samedi soir.

Il y a toujours quelqu'un qui est ailleurs au même moment, c’est notre double ce soir, notre parallèle, depuis Mexico dans le quartier la Roma Norte, le dessinateur François Olislaeger .

Un dessin à distance et en direct, pendant l'émission depuis Mexico City :

Le dessin de Mexico en direct pendant l'émission de François Olislaeger
Le dessin de Mexico en direct pendant l'émission de François Olislaeger Crédits : Radio France

Aurélie Charon (production) Stéphane Ronxin (réalisation)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......