LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Numéro 36. Etre deux

59 min
À retrouver dans l'émission

Mariel Clayton
Mariel Clayton Crédits : Radio France

L'Atelier intérieur s'ouvre au chiffre deux. A un un. La rencontre. Ce hasard qui fait que deux ne fait plus qu’un mais lequel ? Garder toujours l’addition. Le plus. Et sans trompettes et sans tambours ce soir, à pas légers, entrer dans l’intimité. L’amour qui n’a plus besoin de déclaration pour s’annoncer, et qui cherche des mots nouveaux. Un nouveau langage amoureux. Des mots prononcés pour personne d’autre. Qui rendent l’amour singulier. D’abord, dire le prénom. Le répéter. Valentina. Valentina. je t’aime. Mon amour. Valentina. Valentina. Nous ne savons jamais ce que nous pouvons devenir pour d’autres, à simplement être . Dis Heidegger à Hannah Arendt dans la première lettre qui suit leur rencontre. A simplement être , je deviens quoi pour toi ? A soudain « être là », je change quoi en toi ? L’image de départ ce soir serait celle-là : c’est un long poème, d’Antoine à Valentina. Amour singulier. Ca commence par : Pas d’amour entre nous sans sa pensée . Il faudrait alors penser l’amour. Une pensée forte contre l’idée morte que le feu ne devient un jour qu’une douce habitude . En fait on dit : non . En fait on dit : il suffit de chercher dans les mots, de l’infini. Entre/tenir : tenir ce qu’il y a entre . Entre nous. Ne pas en faire un fossé. Vivre à deux, s’y mettre à deux, pour faire exister plus fort le moment. C’est ce qui fait qu’on se donne rendez vous, qu’on fixe une heure et qu’on attend. Simplement que l’autre soit : là. Vivre à deux c’est résistant, c’est dissident. // Il y a pénétration d’un corps dans l’autre pour ouvrir là, planter là, au milieu de tous ces corps étrangers : quelque chose comme une intimité écrit le philosophe François Jullien. Je plante. Entrons dans le cœur humain. Répétons le prénom : Valentina avec toi, j’aspire à vivre l’amour, l’amour à deux / dans et face aux mondes, dans et face au monde entier. Dit Antoine. On peut ne jamais se rencontrer. Croire que oui mais ne jamais. Etre côte à côte n’est pas être auprès . Au-delà du familier, il faut toucher l’intime. Ce soir, être deux c’est multiplier ses yeux. Tout change quand on regarde à deux. Et pas besoin de parler. Pas de « tu as vu ». Non juste, on regarde à deux. Alors le moment ne se mesure pas, il existe, on a ouvert « l’entre » nous. On s’y répand et ça répond et c’est intarissable

Pour être deux ce soir, voilà ceux qui sont là :

Deux couples amoureux Antoine Dufeu , écrivain poète, pour "Amour singulier ", poème hymne pour Valentina, et Valentina Traïanova , artiste plasticienne et performeuse : amoureux.

Sandra Reinflet , artiste plasticienne, auteur de "Je t'aime (maintenant) ", et Erwan Larher , écrivain, auteur de "L'abandon du mâle en milieu hostile " : amoureux.

Écouter
2 min
Écouter

Thomas Ferrand, metteur en scène, pour son spectacle-poème Mon amour , à partir du texte de Dom Juan. (Théâtre de la Cité Internationale à partir du 13 mai 2013)

LIVE : Mesparrow, parc e que dans son nom il y a ARROW : flèche.

Écouter
4 min
Écouter
Coeurs
Coeurs Crédits : Radio France
Mariel Clayton
Mariel Clayton Crédits : Radio France
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......