LE DIRECT

Numéro 38. Toi toi mon toit

59 min
À retrouver dans l'émission

Olivia Bee
Olivia Bee Crédits : Radio France

On entend un air au loin. Il est ancien. C’est un air de tête, il est fredonné… puis il descend… il arrive au ventre : c’est un air qui un jour nous a mis en mouvement. A l’origine, nous chantions et qu’avons nous fait du chant ? On l’avait dans la bouche. Il nous appartenait, on avait 8 ans. Vous faisiez quoi, vous étiez où quand pour la première fois vous avez entendu toi toi mon toit ? L’image de départ ce soir serait celle-là : Mickaël Phelippeau, CE2, fait sa première chorégraphie. Le mange-disque jaune est en marche. Toi toi mon toit . 3 minutes et 41une secondes. Pour se tirer la langue/ Ne me regarde pas /Comme ça tout de travers /Qui fait le premier pas /Pour s'aimer à l'envers . Il pointe l’index à chaque toi. Elli Medeiros a une robe rouge et 20 ans plus tard, ils dansent ensemble. Le corps peut revenir en arrière, le corps peut partir en avant. Dans une autre pièce il demande : ce sera quoi ta dernière danse, quand tu auras 90 ans ? On part en quête du chant intérieur. Ce soir levons-nous contre un univers aphone. Puisque même ces chansons qui ne durent qu’un été font notre éternité. Puisque rien ne fait plus pleurer qu’une chanson pop. Rien ne fait plus courir. Rien ne fait plus aimer.

Le chemin ce soir part du souvenir de la première danse, à 8 ans, pour se projeter dans ce qu’on imagine être notre dernière danse, quand on aura disons 90 ans et au delà… l’expérience passe par le chant et il commence maintenant. Contre l’extinction de voix ce soir, voilà ceux qui sont là :

Écouter
2 min
Écouter

Mickaël Phelippeau ou l'homme en jaune, chorégraphe, plasticien, et Elli Medeiros , chanteuse, compositrice, pour Suenos , aux Rencontres chorégraphiques de Seine Saint-Denis les 15 et 16 mai. Parce que Michael a fait, à 8 ans, sa première chorégraphie sur "Toi toi mon toit ".

Écouter
2 min
Écouter

Sabine Macher , poète, danseuse, photographe. Née en Allemagne de l’ouest, mais vit à Paris depuis 1976. Elle a travaillé avec Mickaël Phelippeau pour son "Numéro d'objets ". Et elle a écrit "Résidence absolue " l'année dernière.
Pour le sortilège de la chanson à venin qui vous pique et c'est sans issue : Mansfield TYA . C'est-à-dire Julia Lanoë et Carla Pallone. Enfin, Amélie Bonnin dessine l'émission et la danse qui va avec.

Aurélie Charon (production) et Nicolas Berger (réalisation).

L'atelier by Amélie Bonnin
L'atelier by Amélie Bonnin Crédits : Radio France
L'atelier 2
L'atelier 2 Crédits : Radio France
L'atelier 3
L'atelier 3 Crédits : Radio France
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......