LE DIRECT

Numéro 41. La peau

59 min
À retrouver dans l'émission

Yann Marussich
Yann Marussich Crédits : Radio France

23h : le corps se découvre, la peau est nue. On pourrait rêver d’une peau transparente, on verrait l’intérieur, le cœur se serrer, les muscles tendus ou lâchés. Mais la peau montre, tout en recouvrant. C’est notre frontière. Un voile léger, veiné : pourquoi l’aplanir ? Tous cherchent à nous dire ce qui colle à notre peau, la rendrait douce et à l’abri du temps : mais ne les écoutons pas, la peau ne se lisse pas. Elle garde l’empreinte de tout ce qui l’a touchée au fil des années. Et elle transmet les brûlures intérieures vers l’extérieur, en surface depuis les profondeurs. C’est une limite sensible et un tissu inquiet parfois. L’image de départ ce soir serait celle-là : nu, dans une vitrine, Yann Marussich pleure, des larmes bleues. Il transpire. Une encre bleue sort de tous ses pores… il ne bouge pas. Pas un millimètre. À travers la peau, on voit les mouvements intérieurs. La peau communique, appelle, et elle choisit sa couleur. Bleu. C’est une manière de faire surface. On montre peu de sa peau, mais c’est un drapeau. Une zone érogène. Elle garde un territoire. L’enveloppe peut frémir, elle peut rougir, elle peut nous trahir. La peau est vibrante. Elle est à caresser, et à chaque instant, elle est à sauver.

Le chemin ce soir part de l’expérience de la peau, de sa mise en danger, pour aller vers son image et sa beauté. Nous sommes sous la peau, et nous ferons surface : ça commence maintenant. Pour la peau et sa nervosité ce soir, voilà ceux qui sont là :

Pour le bleu, Yann Marussich, artiste-performeur genevois, qui met en jeu et à l'épreuve sa peau. Ca s'appelle Blessure ou Morsure ou Bleu quand avec une « potion magique », il fait devenir bleu toutes les sécrétions de son corps.

Pour la toile nerveuse, le peintre Damien Cadio, peintre des mains et des détails du corps.

Mechthild Fend, pour ses recherches sur la peau . Historienne, spécialiste de la culture visuelle française des XVIIIe et XIXe siècles, ses recherches portent sur la représentation du corps. Visite au Musée des moulages, Hôpital Saint Louis à Paris.

A la chanson,pour des sons organiques, Perrine en morceaux.

Enfin, Amélie Bonnin dessine les frémissements, elle dessine en direct l'émission.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Aurélie Charon (production) et Thomas Dutter (réalisation)

Atelier by Amélie
Atelier by Amélie Crédits : Radio France
Atelier 2 by Amélie
Atelier 2 by Amélie Crédits : Radio France
Atelier 3 by Amélie
Atelier 3 by Amélie Crédits : Radio France
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......