LE DIRECT

Numéro 43. Sur un nuage

1h01
À retrouver dans l'émission

Nuages
Nuages Crédits : Radio France

L'Atelier intérieur s'ouvre aux nuages. Aux nuées. A nous en dessous, toujours, regardant au dessus… rêvant un jour d’être SUR un nuage. De passer du figuré au sens propre : je suis SUR un nuage . Et ce n’est pas de la poésie. Je marche dessus. Je flotte et ce n’est pas de l’écriture, ce sont mes pieds, mes jambes, mes muscles qui parlent. Le nuage nous délivre de notre gravité. C’est bon l’impalpable , un toucher à jamais inventé, coincé dans la pensée, la peau en attente… d’une sensation unique et illimitée. Celui qui veut abattre un nuage avec des flèches épuisera en vain ses flèches disait l’artiste Jean Arp. Pas de flèches. On n’y touche pas. Pas touche, on ne peut pas. Le nuage nous fait lever la tête. Le bleu est ennuyeux, le nuage c’est la tache , la chose en plus, la chose en trop, la chose en mouvement, celle qui gêne, qui dérange, c’est la vie. Celle qui fait l’ombre et l’éclaircie pour nous donner à parler. Défier notre vocabulaire. A part noirs, à pars épars, à part menaçants, à part flottants , ils sont comment ? ils superposent à nos jours qui se ressemblent, des lumières changeantes. L’image de départ ce soir serait celle-là : capturer un nuage. Dans un bocal. Pas besoin de flèches, rien à abattre. Charlotte Charbonnel réactive des nuages en jouant avec l’eau, l’air, le lait et l’encre. Durée de vie de la forme blanche : 60 heures. 60 heures sous nos yeux. Mais l’envie soudain de le libérer. Plafond ouvert. On a choisi un jour d’orages, pour ouvrir le studio aux courants d’air. Le poète Christophe Tarkos écrivait : « les nuages passent, est le passage visible du temps, est le temps qui passe, si le passage du temps est les nuages, si le passage des nuages dans le ciel n’a aucun lien avec ce qui se passe sur terre, le temps n’a aucun lien avec la terre, avec ce qui se passe sur terre ». Quel rapport y a-t-il entre les nuages et ce qui se passe sur terre ? Qui va plus vite ? Eux ou nous ? Le rapport, c’est à nous de le faire. Mesurer nos rapidités, ralentir la cadence. Et il faut se rassurer : les nuages sont beaux d’en bas. Depuis nous. D’en haut ils n’ont plus de formes, inutile d’être sur un nuage, mieux vaut être dessous . L’homme n’est pas fait pour baisser les yeux, mais pour les lever.

Le chemin ce soir est vertical, c’est un laboratoire de sensation. On montera sur le toit, on tentera de capturer un nuage, tout ça au sens propre et non figuré, pas de poésie, que de l’action, et ça commence maintenant. Pour les nuages ce soir, voilà ceux qui sont là :

Charlotte Charbonnel, artiste plasticienne(réactivation d’essais de nuages en bocal)

Jean Baptiste Huynh, photographe (possède une météorite)

(tous les deux dans l’exposition NUAGE au Musée Réattu, Arles > jusque 31 oct 2013)

Au téléphone : Joël Collado, la voix de Météo France, pour un bulletin météo

Écouter
1 min
Écouter

LIVE : PUCE MOMENT, électro pour éclairs et courants d'air.

Lectures des nuages de Christophe Tarkos (in PAN), par Laetitia Dosch

Écouter
4 min
Écouter

Amélie Bonnin dessine les cumulus et les cirrus, elle dessine l'ascension et l'émission en direct.

La forme des nuages
La forme des nuages Crédits : Amélie Bonnin
Goethe
Goethe
Charlotte Charbonnel
Charlotte Charbonnel Crédits : Amélie Bonnin
sur le toit bis
sur le toit bis Crédits : Radio France
Laetitia les poèmes
Laetitia les poèmes Crédits : Radio France
sur le toit
sur le toit Crédits : Radio France
Puce moment
Puce moment Crédits : Amélie Bonnin
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......