LE DIRECT

Numéro 5. Il était une fois Tito

1h
À retrouver dans l'émission

Tito sur l'île de Brioni, 1949
Tito sur l'île de Brioni, 1949 Crédits : Radio France

L’Atelier intérieur s'ouvre à « Il était une fois ». Un pays disparu. Il était une fois annonce une fiction, précède les belles histoires. Il était une fois Tito et il était une fois la Yougoslavie. Il était une fois on y a cru, on a sincèrement pensé qu’on avait trouvé le pays rêvé. Est-ce qu’on peut retracer l’histoire d’une illusion ? On voit quoi dans les images, dans les visages de l’ex Yougoslavie ? Est-ce qu’on peut voir au-dessus des têtes ? Derrière les yeux ? Derrière les robes rouges et les vespas bleues ? A l’intérieur des rires ? On peut voir ce que ça projetait pour l’avenir ? ce que ça promettait ? Pourquoi on y croyait ? Combien de temps peut-on vivre dans une fiction ? C’est quoi la durée de vie ? A quel moment l’image explose ? L’image de départ ce soir sera celle-là : Mila Turajlic est née quand Tito est mort. Elle a grandi à l’inverse de l’idéologie. Elle a grandi dans le sens contraire de l’illusion. Quand elle avance, l’utopie recule. Une fois devenue adulte, elle creuse l’image. Le cinéma disparu d’un pays disparu. Nema problemapas de problème … dit-on en serbe en croate et bosnien et monténégrin parce que oui quoi qu’on en dise, ça reste la même langue. Nema problema …le pays s’est construit à l’écran. Le maréchal Tito adorait les Westerns. Voyait un film par soir et s’est fait son cinéma. Alors quand on grandit à rebours de la belle histoire, quand on arrive après… on hérite de quel imaginaire ? Comment on fait un film sur le pays dans lequel on est né quand il n’existe plus ? Un film qui retrace une idée à laquelle on n’a même pas eu à croire ? Parfois le sens de préserver l’histoire, vient à ceux qui en sont nés. Imaginez vous à Belgrade. Cet été si vous vouliez visiter le Musée de l’Histoire de la Yougoslavie : vous preniez un ticket, vous étiez seul à monter le grand escalier, à droite…Voilà la salle des cadeaux… tout ce qu’on a offert à Tito. Vous tourniez sur vous-même, une fois, deux fois, et voilà la visite était terminée. Ne reste plus qu’à voir la Maison des Fleurs où Tito repose … et l’exposition intarissable celle là, des costumes, de la musique… des objets. Il reste donc : la mise en scène. Comment Tito a raconté une histoire que tout le monde s’est mis à jouer. Aujourd’hui c’est le monde d’après. Il était une fois , nos parents y ont cru. Il était une fois nos parents nous ont raconté. Il était une fois / il est une fois / il est maintenant on entre dans l’image. On perce la fiction. Parce que nous, on est né quand il est mort. On est né quand l’illusion mourrait. On est né et on a grandi à rebours. Pour nous l’idée d’exister a toujours été de pair avec celle d’entrer, de plein fouet, dans la réalité. Mais pour nous, c’est vital de dire : il était une fois pour pouvoir, même en sens contraire, continuer l’histoire.

Le chemin ce soir part de Il était une fois , de l’illusion, du cinéma, du plan large, pour entrer dans le réel, les rues de Sarajevo, les plans rapprochés sur les visages. Il était une fois , ça commence maintenant :Pour « il était une fois, la Yougoslavie », voilà ceux qui sont là :

Génération Tito : Milomir Kovacevic , photographe au temps de l’ex Yougoslavie à Sarajevo dans les années 80 puis au début de la guerre de 90.

Génération d’après : Mila Turajlic, jeune cinéaste, pour son filmCinema Komunisto . Sur la façon dont Tito a mis en scène l’ex Yougoslavie dans le cinéma, et son rapport intime aux films : elle fait témoigner son projectionniste privé.

Au téléphone depuis Zagreb : Darko Rundek, qui faisait partie du groupe légendaire de rock yougoslave : Hauster.

LIVE : EREVAN TUSK, quintet parisien, album "Fortify your innocence"

Amélie Bonnin dessine l'illusion, les croyances et le monde d'après, elle dessine l'émission en direct.

Tito
Tito Crédits : Amélie Bonnin
Yougoslavie 1
Yougoslavie 1 Crédits : Amélie Bonnin
Yougoslavie 2
Yougoslavie 2 Crédits : Amélie Bonnin
Yougoslavie 3
Yougoslavie 3 Crédits : Amélie Bonnin
Yougoslavie 4
Yougoslavie 4 Crédits : Amélie Bonnin
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......