LE DIRECT

Numéro 5. Les muses ~en appartement

1h
À retrouver dans l'émission

Michèle Lamy
Michèle Lamy Crédits : Radio France

Enregistré dans leur appartement place du Palais Bourbon à Paris

L’Atelier intérieur s’ouvre aux muses. Celles qui font trembler l’image trop sage. Au style comme mode de vie. On pourrait commencer par la fin : une vie en mouvement n’a pas de chronologie. Une vie est entière dès le début ; puis par commodité se vit petit à petit. Ceux qui en sont conscient se placent au dessus du temps. Michèle Lamy ne se raconte pas : elle se voit. Si vous étiez là vous verriez : les tatouages sur les doigts, l’or des dents, et la peur de rien. Ne ressembler à personne est en soi, un exploit. Elle est la muse, la collaboratrice, l’esprit qui accompagne le créateur de mode Rick Owens. Elle est : nomade, berbère, icône de Los Angeles, et par miracle une heure avec nous. Nous sommes dans son appartement mais Michèle Lamy est partout chez elle, parce le style ça se vit et ça ne se fixe pas. On rêverait d’une émission qui collerait à sa façon d’être : entière et circulaire, une vie qui avance, et recule, et revient en arrière, et se mélange. Ca zigzag. L’image de départ ce soir sera celle-là : le front de Michèle Lamy et cette ligne peinte de haut en bas, entre les yeux, une ligne noire comme une ligne essentielle, qui tient assez droit pour qu’ensuite, on puisse dévier sereinement. Rick Owens l’appelle sa : belle sorcière personnelle . Dans les années 70 elle voulait être Bob Dylan, marcher léger comme dans les films de Godard. Nous entrons dans la vie empirique, celle qui se fait avec l’instinct. Nous avançons le torse bombé et avec ce beau mot qui est celui de la chanteuse Mina Tindle : parade . Nous paradons. Nous sommes des paons. Un défilé selon Michèle Lamy c’est un moment de joie intense qui vous relie au monde, vous vous sentez appartenir à plus vaste. Quand on défile on marche sur une ligne, comme celle dessinée sur le front, comme celle du temps, la ligne nous relie au monde, elle permet aussi tous les écarts. Le style, c’est ne pas perdre le tracé de vue - tout en allant voir dans la marge. C’est imaginer plusieurs versions de soi même. Nous avons tous des vies parallèles. Peu osent les fréquenter. Nous sommes chez Michèle Lamy et nous sommes en même temps en Algérie, dans le Jura, à Los Angeles et à Paris. Parce que la vie est entière et par commodité, se vit petit à petit. L’émission par commodité, avancera un mot après l’autre, mais on pourrait pour donner la vraie sensation, superposer les sons. Accéder au poème. Et alors, vous entendriez le style. Le style c’est l’ordre et le mouvement que l’on met dans ses pensées. C’est la façon que l’on a de marcher sur une ligne, c’est sa façon à soi d’entrer dans la ronde, en ayant la certitude qu’il nous reste beaucoup de vies à vivre

Écouter
2 min
Écouter

Michèle Lamy, égérie mode, compagne et collaboratrice du créateur Rick Owens

Et sa fille Scarlett rouge, artiste peintre plasticienne.

Nous irons du canapé au lit et sur le chemin : Michèle Lamy chante "King Kong Blues", des mots du poète noir américain Langston Hughes

Écouter
2 min
Écouter

LIVE : MINA TINDLE est installée dans le salon - son album "Parades" sort le 6 octobre

Écouter
3 min
Écouter
Michèle Lamy, Scarlett Rouge et Mina Tindle
Michèle Lamy, Scarlett Rouge et Mina Tindle Crédits : Radio France
Mina Tindle dans le salon
Mina Tindle dans le salon Crédits : Radio France
La chambre de Michèle Lamy
La chambre de Michèle Lamy Crédits : Radio France
Appartement, intérieur
Appartement, intérieur Crédits : Radio France
Sur le canapé, Michèle Lamy et Scarlett Rouge
Sur le canapé, Michèle Lamy et Scarlett Rouge Crédits : Radio France
Micro de Laurent Lucas
Micro de Laurent Lucas Crédits : Radio France
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......