LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Numéro 8. Peindre un visage

59 min
À retrouver dans l'émission

Thomas Levy-Lasne
Thomas Levy-Lasne Crédits : Radio France

Semaine Art dans les Ateliers de la nuit L’Atelier intérieur s’ouvre au visage. Celui que l’on peint : le portrait. La peinture n’est pas une image. Elle ne raconte pas d’histoire. Elle fait mieux voir . Elle joue de présence. Jean-Luc Nancy écrit : Le portrait est moins le rappel d’une identité qu’il n’est un rappel de l’intimité : l’identité peut être au passé, l’intimité n’est qu’au présent. Le visage n’est qu’au présent. Le peintre lui enlève les mots, il lui donne un regard. Alors où vont les yeux du tableau ? Dans les nôtres. De vivants à vivants. C’est la vie en personne. Un tête à tête, avec ces témoins muets de notre façon à nous de regarder. Qui voit qui / en premier ? L’image de départ ce soir sera ce tableau : Justine se maquillant , peint par Thomas Lévy-Lasne. Justine dans le miroir le mascara à la main, près des yeux. Justine face au miroir et Justine ce soir en studio en réalité, tout de suite maintenant. Et moi en train de la regarder. Quand je lui parle, je vois- je deviens son visage… quand je vous parle je vois et deviens votre visage : puisque le mien me reste invisible –et à tout jamais. Le peintre augmente la présence. Rilke disait : il y a une quantité de gens, mais encore plus de visages, car chacun en a plusieurs . Ceux de Thomas Lévy-Lasne ont les prénoms des modèles, Aurélien, Justine, Nils Louise, Laetitia. Il leur ajoute un pluriel. Aurélien avec un S. Justine avec un S. Le visage c’est paradoxal, ça masque l’esprit -tout en l’incarnant. Peindre un visage aujourd’hui c’est surtout : ne croire qu’au présent. Pas de photographie, d’image souvenir. De la matière vivante. Qui attrape des états du corps, des moments de la peau. Ce que nous sommes ici ET là, nous nous agitons, nous faisons des rencontres d’un soir, Justine se maquille, Laetitia regarde son ordinateur, la peinture peut aussi peindre ce qui ne dure pas, un quotidien, et ça, ça nous libère d’un poids. Lévy Lasne dit : « notre génération a plus vu que vécu » : à travers les écrans. Elle a plus photographié que peint. Notre génération elle se trompe de présent. Notre génération elle croit voir son propre visage. Elle pense qu’il suffit d’avoir un téléphone et de le tourner vers soi. Elle se fige. Notre génération elle est absente. Notre génération si elle regardait son présent, si elle regardait Justine en ce moment elle serait son visage. Elle vivrait plus fort. Le peintre est celui qui s’arrête et qui se tait pour travailler -sans interrompre le visage en train de vivre. Le peintre est celui qui sait que nous sommes aveugles, et qui prend encore le temps, de nous rendre la vue

Écouter
2 min
Écouter

Thomas Levy-Lasne, peintre (exposition HIC et NUNC au Centre d'arts plastiques Albert Chanot jusqu'au 21 décembre, Clamart)

et ses modèles : la cinéaste Justine Triet et l’écrivain Aurélien Bellanger

Bruno Perramant , peintre

LIVE : SLOW JOE & The Ginger Accident

Écouter
4 min
Écouter

Amélie Bonnin dessine l'émission en studio

Amélie 1
Amélie 1
Amélie 2
Amélie 2
Amélie 3
Amélie 3
Amélie 4
Amélie 4
Amélie 5
Amélie 5
Amélie 6
Amélie 6
Amélie 7
Amélie 7
Amélie 8
Amélie 8
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......