LE DIRECT
Raymond Depardon à Bogota (Colombie) le 25 juillet 2014.

Raymond Depardon : "Je suis quelqu'un qui aime filmer le temps"

1h
À retrouver dans l'émission

Raymond Depardon, invité de L'Avventura à l'occasion de la sortie de son nouveau film, "La vie moderne", parle de la modernité des paysans, de leur authenticité devant la caméra avec leur langue et leurs émotions.

Raymond Depardon à Bogota (Colombie) le 25 juillet 2014.
Raymond Depardon à Bogota (Colombie) le 25 juillet 2014. Crédits : Eitan Abramovich - AFP

Rencontre ce soir avec Raymond Depardon à l'occasion de la sortie de son nouveau film, La vie moderne, troisième volet de "Profils paysans".

Quand on est documentariste, on essaye toujours de faire de la fiction. Au sens qu'on a des personnages forts devant nous. Cette captation du réel elle doit être la plus fidèle possible parce que ce sont des personnalités touchantes, elles sont silencieuses, elles sont bavardes, elles ont un accent... mais ce sont des gens très très forts. Je le vois bien avec ma caméra, dès que je tourne, ces gens-là écrasent l'image, dominent l'image. Parce qu'ils n'ont pas peur de la caméra, sans doute cela vient de là. Je suis toujours venu avec une caméra, mes repérages se sont faits avec une caméra. Ils savent que mon dada, c'est la caméra. Je suis une caméra, donc ils s'habituent que je tourne ou que je ne tourne pas, il y a toujours la caméra et c'est ce qui fait qu'ils ont vraiment cette authenticité.

Écouter
59 min
Raymond Depardon invité de "L' Avventura" le 22/10/2008.

J'essaye de rapprocher ces paysans de nous et non de les éloigner par l'exotisme ou le pittoresque.

Pour Raymond Depardon, "c'est important de les conserver ces gens-là" en parlant des vieux paysans dont il fustige les clichés qui leur collent à la peau et en regrettant qu'on n'ait "pas tellement de films sur nos racines".

Ce qui est fort avec ces paysans, ce sont les êtres humains et ils sont tout à fait modernes. À force d'être en retard, ils sont maintenant en avance puisqu'ils ne dépensent rien. [...] Ils ne gâchent rien, et c'est ça qui est passionnant avec eux, c’est pour ça que c'est la vie moderne.

Les Films vus cette semaine: -Chop shop , 3ème film de Ramin Bahrani; Chop shop signifie "comment on démonte des voitures volées pour les vendre en pièces détachées"… Bahrani, camera à l'épaule suit un enfant, Inspiré par les premiers films de Carax, ce film fait preuve d'une qualité d'observation et de cadrage du réel d'une amérique dont on ignore tout. -L'Assaillant  de Pablo Fendrik Leçon de cinéma, par moments les images s'entrechoquent et nous donnent une impression de vertige optique, film traversé par la poésie dans lequel certains plans font penser aux films de John Cassavetes. -Les enfants de Don Quichotte, acte I  de Roman Denecé, Augustin Legrand et Jean-Baptiste Legrand. Document rare et précieux sur ces personnes allongées sur le trottoir: 100000 SDF et 6 millions de mal logés en France.

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......