LE DIRECT
Affiche du "Retour de Mary Poppins", film Walt Disney

Disney un imaginaire total

3 min
À retrouver dans l'émission

Au-delà des productions, se dessine une véritable cosmogonie pop avec ses lois de transformation et ses trous noirs capables de siphonner toutes les représentations exogènes.

Affiche du "Retour de Mary Poppins", film Walt Disney
Affiche du "Retour de Mary Poppins", film Walt Disney Crédits : X

"Spider Man New Generation" est déjà qualifié de meilleur "Spider Man" de tous les temps, tandis que "Ralph 2.0" a pris la tête du Box Office, que "Mary Poppins" prépare son grand retour et que la bande annonce du nouveau "Roi Lion" devient la deuxième plus regardée de toute l'Histoire, juste après "Avengers : Infinity War"... Le point commun de toutes ces productions ? Disney, firme tentaculaire de l'imaginaire.

D'ailleurs dans le même temps on apprenait que Disney avait à nouveau franchit la barre des 7 milliards de dollars de recettes au cinéma même si ses films ne génèrent que 18% de son chiffre d'affaire contre 40% pour ses chaînes de télévision (ABC, Disney Channel et la chaîne sportive ESPN aux Etats-Unis). 

Cinéma, télévision, jeux vidéos et bientôt la plateforme de streaming début 2019, avec un catalogue qui comptent bien jouer les tueurs de Netflix, les écrans et l'ensemble de la vidéo sphère sont fait de Disney. 

Le rachat de la 21st Century Fox pour 71 milliards de dollars cette année, qualifié de "deal du siècle" à Hollywood, est venu en point d'orgue après une série d'absorptions sans relâche. Le concurrent Pixar, les "Stars Wars" de Lucas film, et bien sûr la plus grande matrice mythologique contemporaine : "Marvel et son univers". Disney, c'est le méta-univers ! 

Au-delà des productions, se dessine une véritable cosmologie pop avec ses lois de transformations de franchises en produits dérivés, et ses trous noirs capables de siphonner toutes les représentations exogènes. 

A l'image du son dernier film d'animation "Spider Man New Generation" qui avale Warhol, Lichtenstein et les dernières tendances du street-art mais aussi tous les avatars de Spider Man (du Spider-Man noir au Spider Cochon des Simpson's en passant par Spider Girl) sans oublier (bonheur des connaisseurs) Donald Glover, alias Childish Gambino, qui avait pourtant fait la peau du spectacle avec son clip "This is America". 

Tout est dans Disney et Disney est dans tout. Les parcs Disney l'ont montré, le système a atteint un point où aucune planète ne peut disparaître elle se régénère aux couleurs d'une nouvelle franchise, comme la future zone Marvel de Disneyland Paris, et les vieilles attractions qui désemplissent sont reliftées version Gardien de la Galaxie ou Indestructibles pour s'engorger à nouveau. Le tissu imaginaire de Disney est immarscessible. Et avec les 90 ans de Mickey l'année prochaine nous devrions encore le constater. 

Enfin si le créateur de ce méta-Univers reste historiquement Walt Disney, le nouveau PDG à l'origine de ce Big Bang s'appelle Bob Iger. Modèle de toutes les business school américaines, sous son mandat l'action Disney est passée de 25 à 115 dollars... Et guess what ? Fervent démocrate, on le verrait bien face à Donald Trump aux présidentielles américaines de 2020. Comme Marvel a su conquérir afro-américains, latinos, musulmans, et LGBT avec ses personnages nouveaux ou revisités, la campagne peut commencer ! La question est : que produira la Disneyification des esprits ? 

Chroniques

8H50
4 min

La Conclusion

La violence en politique
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......