LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Librairie

Après le cinéma, pourquoi les livres « du milieu » sont-ils en crise?

3 min
À retrouver dans l'émission

D’une certaine manière les prix littéraires, cette année, sont le reflet de la polarisation en cours dans les librairies.

Librairie
Librairie Crédits : Luis Alvarez - Getty

Gallimard pour le Prix Femina, le Prix Décembre, et le prix spécial du Renaudot. Flammarion c’est à dire Madrigall (le groupe maison mère de Gallimard) pour le Prix Interallié attribué hier à Thomas B. Reverdy et son Hiver du mécontentement. Le Goncourt pour Actes Sud, le Médicis pour Grasset et enfin une petite maison édition indépendante, Le Tripode, pour le Prix Renaudot. 

Je mets à part le Grand prix du roman de l’Académie française, un peu égaré, attribué à Camille Pascal chez Plon. Une maison jadis beaucoup plus importante dans le champ littéraire et qui publie désormais des enquêtes sur Laetitia Hallyday.

Toujours est-il que cette carte des Prix Littéraires 2018 est à l’image de ce mouvement en pleine accentuation qui voit le secteur du livre se partager entre les mastodontes de l’édition et les petits challengers « au détriment exclusif  des livres du milieu ». C’est ce que souligne Olivier Daunat, chargé d’étude au ministère de la Culture, qui vient de remettre un rapport sur la diversité dans le secteur du livre, dont notre camarade du Monde des Livres, Macha Séry, se faisait écho la semaine dernière.

Oui, il y a des livres du milieu comme il y a un cinéma du milieu. Souvenez-vous en 2013 quand la réalisatrice de Lady Chatterley, Pascale Ferran, et 1 600 signataires s’inquiétaient du sort réservé à ces films qui ne sont ni des grosses productions ni des productions de niche alternatives.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, c’est la surproduction cinématographique qui a engendré un turn over intenable dans les salles. De même dans le secteur du livre, avec une moyenne de 500 titres à la rentrée de septembre puis 300 à la rentrée de janvier, la surproduction a entraîné le marché dans un phénomène comparable. 

Là où il y a les « blockbusters » il y a les « best sellers » qui cannibalisent  le secteur. 

Dans ce monde de brutes, seuls quelques îlots à faible tirage ou faible copie qui misent tout sur une sortie survivent face aux géants. Basés sur une autre économie d’échelle et un succès critique, ils peuvent s’en sortir. Mais pour reprendre les mots de feu Mathieu Riboulet, écrivain d’une maison du milieu, les éditions Verdier, « entre les deux il n’y a rien ».

Xavier Moni, président du syndicat de la librairie française, l’observe dans sa librairie comme dans celle de son réseau d’adhérents : la situation est difficile pour des maisons comme celle d’Anne-Marie Métaillé, Philippe Piquier, José Corti, mais aussi L’Olivier. Quelle place pour une véritable diversité quand la déferlante de productions s’abat sur les libraires qui doivent faire leur sélection dans une cadence infernale ? Avec de gros groupes qui ont leur réseau de diffusion et leur armée de représentants. 

Et comment accompagner financièrement cette belle diversité d’ouvrages quand certains groupes d’édition multiplient les lignes de sortie en espérant qu’il y en ait une qui morde ? Pendant ce temps, les libraires font la banque, puisqu’ils achètent les livres avant de pouvoir les vendre. Résultat les livres sont plus vites retournés sans attendre leur lectorat, faute de fonds. 

Enfin on est en droit de s’interroger sur le modèle économique d’éditeurs dont les nouveautés sont retournées à plus de 50%. Inondent-ils le marché de titres sans véritable cohérence en profitant du délai financier entre l’achat des libraires et le remboursement potentiel ? Y a-t-il un effet dit de « cavalerie » ? Une enquête mérite d’être menée ! 

Chroniques
8H50
3 min
La Conclusion
Kant est le philosophe organique de la France
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......