LE DIRECT
François Cluzet et Omar Sy dans une scène du film "Intouchables"

Pourquoi « Intouchables » ne l’est plus ?

3 min
À retrouver dans l'émission

La comédie d’Olivier Nakache et Eric Toledano, troisième plus gros succès de l’histoire de notre box office, et film français le plus vu dans le monde, « Intouchables », porterait-elle mal son nom ?

François Cluzet et Omar Sy dans une scène du film "Intouchables"
François Cluzet et Omar Sy dans une scène du film "Intouchables" Crédits : Gaumont Distribution

Inspiré du récit autobiographique de Philippe Pozzo di Borgo, cette histoire d’une amitié résiliente entre un tétraplégique richissime incarné par François Cluzet et son aide à domicile tout droit sorti des cités, Abdel Yasmin Sellou incarné par Omar Sy, suscitait jusqu’ici l’adhésion. Le remake qui vient de sortir 7 ans plus tard aux Etats-Unis « The Upside » s’attire, lui, une foudre de critiques.

D’une part on reproche au film d’avoir choisi un acteur valide - Bryan Cranston héros de la série "Breaking Bad" – plutôt qu’un acteur handicapé, et d’autre part il s’y répandrait une série de clichés racistes. « Suggérer, même dans une comédie grand public, que les divisions raciales peuvent être effacées par Pavarotti et un joint relève de l’âge de pierre » a-t-on pu lire dans Time Out.

La France serait-elle passée complètement à côté du caractère potentiellement discriminant du film ? Ici « Intouchables » et l’interprétation du « valide » François Cluzet avaient été salués par de nombreuses associations de personnes handicapées. On s’était également enthousiasmés pour la performance d’Omar Sy, qui lui a valu un César, et une entrée au panthéon des scènes cultes…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Rétrospectivement cette séquence au lieu de remonter les zygomatiques devrait-elle faire froncer les sourcils ? Devrions-nous à posteriori y ressentir un certain malaise ?

La militante afro féministe et présidente de l’association la Cité des chances y voit la perpétuation d’une image de noir jovial chargé de redonner le sourire au blanc et, je la cite : « cette représentation a un impact sur comment on nous perçoit dans la société et parallèlement, sur le rôle qu’on pense même devoir être obligé d’occuper pour être acceptable ». Quant aux clichés sur les personnes handicapées ils seraient également de mise, selon la Youtoubeuse Margot, qui  s’emploi à casser les préjugés dans ses vidéos. Non, le handicap ne résulte pas toujours d’un accident traumatique. Et pourquoi l’enjeu serait-il de retrouver goût à la vie - sous-entendu parce qu’on ne peut plus rien faire ?

La crispation américaine peut certes provoquer une réflexion anachronique en France, et ouvrir une discussion, mais évitons d’importer un réflexe urticant qui consiste juger ou re-juger toutes les œuvres par le prisme militant.  Le tout assorti de procès en illégitimité. En outre faut-il rappeler qu’aux Etats-Unis la polémique s’ancre dans une Histoire et un contexte bien particulier de violence suprémaciste blanche… 

Au vrai, au-delà d’un décalage spatio-temporel et culturel, la version américaine avec Kevin Hart et Bryan Cranston, pèche peut-être par son manque de finesse au regard de la version française. Ce duo n’a peut-être pas non plus la même densité que celui formé par Omar Sy et François Cluzet. 

Il n’empêche, c’est bien la première fois qu’un récit mettant en scène un handicapé dégage un super héros du box office. Aux Etats-Unis "The Upside" est en tête devant l’indétrônable "Aquaman". Et ce n’est peut-être pas une si mauvaise nouvelle... 

Chroniques

8H50
3 min

La Conclusion

Le gaullisme municipal
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......