LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Andrée Chedid au centre, Louis Chedid à droite et M ou Mathieu Chedid à gauche

Pourquoi les lycéens ont eu de la chance de tomber sur Andrée Chedid au bac français

4 min
À retrouver dans l'émission

« Trop difficile » et « trop peu connue » : commenter le texte en vers libre de cette poétesse contemporaine a été perçu comme « une humiliation » si on en croit la pétition mise en ligne après les épreuves. Au contraire, c’est une sacrée chance.

Andrée Chedid au centre, Louis Chedid à droite et M ou Mathieu Chedid à gauche
Andrée Chedid au centre, Louis Chedid à droite et M ou Mathieu Chedid à gauche Crédits : FRANCOIS NASCIMBENI - AFP

Au 21ème siècle, les lycéens sont-ils des travailleurs comme les autres qui contestent, heures de cours et de révisions à l’appui, l’injustice de leurs examens ?

En tous cas, ce n’est pas la première fois qu’une pétition s’élève contre un sujet du bac, c’était déjà le cas en 2018 dans la filière scientifique. Cette fois, la pétition mise en ligne après les épreuves anticipées du bac de français concerne les filières S et ES qui ont eu à commenter un poème d’Andrée Chedid.

« Des centaines d’heures de travail pour tomber sur l’inconnu » / « on ne peut pas rester les bras croisés devant cette humiliation » dit le texte posté sur Change.org par un certain Jean Valjean.

L’objet de la contestation : un poème en vers libre jugé « trop difficile », et une autrice jugée « trop peu connue ». La pétition, qui a recueilli près de 35 000 signatures, appelle à plus de clémence dans la notation. Ce qui avait plutôt démarré comme une blague sur les réseaux sociaux à base de GIF et de « Ok donc c’est en sortant de l’épreuve que j’apprends qu’Andrée Chedid c’était une meuf» ou « quand t’as mis « il » partout et que t’apprends soudainement que Andrée Chedid était une femme » s’est mue en revendication. 

Eux, les lycéens qui avaient buché sur tous les mouvements littéraires (pléiade, parnasse, romantisme), appris des citations et des figures de style par cœur, se retrouvaient donc, pour le commentaire de texte, avec une poétesse contemporaine inconnue - même si elle a été de nombreuses fois récompensée - et qui plus est au prénom épicène (ou presque) : quel affront ! Ma théorie, c’est qu’au contraire c’est une chance. 

Premièrement, que tout le monde ait pris Andrée Chedid pour un homme, révèle à quel point les programmes scolaires et les examens ont manqué jusqu’ici d’autrices. En 20 ans d’épreuves du bac français, 116 textes d’hommes ont été présentés, pour seulement 11 textes de femmes. Jusqu’en 2018 il n’y en avait même que trois. 

Le mouvement initié par des professeures de français, comme Barbara Cahen, pour que les grandes écrivaines soient régulièrement étudiées par leurs élèves porte donc ses fruits. Suite à cette pétition, Madame de Lafayette était devenue, en 2018, la première autrice à intégrer le programme de littérature en terminale L. Et en 2019, Andrée Chedid mais aussi Ana de Noailles se sont retrouvées dans le corpus de poèmes à étudier aux épreuves du bac français aux côtés d’Alphonse de Lamartine et d’Yves Bonnefoy. Parité parfaite !

Voilà un signal heureux pour qui voudrait vivre dans un monde plus égalitaire, et avoir accès à d’autres types de modèles. Sachant que les élèves ne seront pas sanctionnés pour s’être trompés sur le genre de l’auteur.

Deuxièmement, si la présence d’Andrée Chedid au bac français est une chance c’est pour la découverte d’Andrée Chedid elle-même. Son nom a été massivement googlé après l’épreuve. Donc, les élèves font désormais le lien entre l’autrice franco-égyptienne d’origine libanaise et son petit-fils M, Mathieu Chedid, ainsi que toute une famille d’artistes. Mais surtout, découvrir Andrée Chedid, poétesse, romancière, autrice de théâtre, de nouvelles, et de chansons, disparue en 2011, c’est rencontrer une alliée !

Une femme de lettres qui n’a eu de cesse de parier sur les passerelles entre les territoires, les cultures, les religions et les générations, au-delà des rivalités et des conflits. Une voix qui vous donne foi en l’avenir : ce n’est quand même pas rien quand on passe son bac en 2019!

Alors, si la pétition des lycéens se clôt sur cette question : « l’école est-elle vraiment là pour m’aider dans ma vie d’adulte ?» - sous-entendu quand elle m’humilie à un examen avec une poétesse inconnue – souvenons-nous qu’Andrée Chedid leur apporte cette réponse salutaire…

Tomber sur un poème d’Andrée Chedid au bac français, c’est précisément un atout dans la vie d’adulte !

Chroniques
8H50
3 min
La Conclusion
Le danger de la vie
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......