LE DIRECT
Dick Rivers sur scène.

Dick Rivers, le mal entendu

3 min
À retrouver dans l'émission

C’est le paradoxe de cette voix de l’ombre : jouer le rôle ironique de ringard que lui réserve le vedettariat jusqu’à se piéger.

Dick Rivers sur scène.
Dick Rivers sur scène. Crédits : David Wolff - Patrick - Getty

« Tout le monde me connaît mais personne ne sait ce que je fais » disait Dick Rivers. En 1965, adoubé par les Beatles eux-mêmes, il est l’invité de l’émission « Music of Lennon and Mac Cartney » pour sa reprise de « Things we say today ».

Johnny Hallyday, Eddy Mitchell et Dick Rivers, forment la trinité des importateurs du rock en France, sans pour autant accéder au statut d’icône, ou alors d’icône kitch. « Dans l’arrière cours d’une voie de garage j’ai écrit mon nom proprement » chante Dick Rivers dans « L’homme sans âge ». Album réflexif élaboré avec Joseph d’Anvers en 2008. Un disque qui aurait pu lui apporter cette « reconnaissance » qui lui faisait défaut et à la place de laquelle il estimait sentir au moins « un respect » …

C’est le paradoxe de cette voix de l’ombre : jouer le rôle ironique de ringard que lui réserve le vedettariat jusqu’à se piéger. En 1994, la compilation qui retrace les 33 ans d’une riche carrière s’affuble ainsi d’un calembour « Very Dick » puis, presque 10 ans plus tard, il récidive avec « Auto Rivers » !

Presque une manière ne pas de pas se prendre au sérieux… Pourtant son travail complet sur Buddy Holly, ses albums de reprises avec Bashung « son frère de musique », ses collaborations avec les plus grands guitaristes anglo-saxons dont Mick Taylor et Jimmy Page, ou encore son opéra psyché « L’interrogation » le posent à la fois en traducteur sensible de la culture rock américaine et chercheur insatiable de nouveauté. « Je suis un éternel débutant » disait Dick Rivers.

Mais tout se passe comme s’il s’était auto-figé dans un double caricatural qui sent éternellement le cuir et la brillantine. Notamment ce « Didier l’embrouille » le personnage crée par Antoine de Caunes sur Canal , né d’une admiration néanmoins sincère et « authendick » puisque nous sommes dans les jeux des mots

« Je ne dors pas dans un juke-box » répondait Rivers à cette image de relique plus que de musicien, attendant que son authenticité finisse par payer. Fut-ce à titre posthume…

Chroniques

8H50
3 min

La Conclusion

Les travaux, la nature du Paris
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......