LE DIRECT
Homme d'affaire à vélo

Et si le sérieux changeait de camp ?

4 min
À retrouver dans l'émission

Le pragmatisme aurait-il basculé du côté des idéaux? Du film "I feel good" à la vidéo de l'astrophysicien Aurélien Barrau, les rêveurs ne sont plus ceux que l'on croit.

Homme d'affaire à vélo
Homme d'affaire à vélo Crédits : Hero Images - Getty

La dernière fois que j’ai voulu regarder une vidéo youtube une publicité intempestive m’a d’abord posé cette question : « êtes vous prête pour la révolution ? » . C’était une jeune femme aux longs cheveux blonds et elle me conseillait d’acheter des semelles hyper confortables à glisser dans des bottes de cuir à 12cm de talon.

Je me suis demandée quelle faute inavouable j’avais pu commettre dans mes navigations précédentes pour mériter une telle suggestion. Mais de toute façon à quoi bon se rebiffer, le monde de 2018 était là. Un condensé de contradiction à porté de clic, et un rappel au réel toujours plus tapageur. Comme il y a la realpolitk il y a la realexistenz. Une petite entreprise à rétrécir les idéaux, avec son slogan « soyons sérieux ».

Et puis quelque chose s’est ouvert. Prenez par exemple le dernier film de Gustave Kervern et Benoît Delépine « I feel good » avec Jean Dujardin. L’histoire d’un raté illuminé par des rêves de winners. Un type qui s’est fabriqué un album panini avec les photos des grands patrons, et s’échine à trouver à son tour la grande idée qui le rendra riche.

« C’est pas Karl Marx qui va t’aider à avoir un jacuzzi ou une pergola » tout est dit ! Recueilli dans un village de compagnons Emmaüs, le héros se retrouve dans le rôle de l’illuminé, ses désirs pourtant si répandus, de réussite et de consommation, passent pour de drôle d’élucubrations. Cette obsession majoritaire devient minoritaire au sein d’une micro société qui a décidé de vivre autrement. Ici personne n’est jugé simplement l’idéalisme change de camp. Soudain c’est cette fable qu’il se raconte qui est bien moins sérieuse que l’alternative développée par les compagnons. Le collectif, l’entraide, la récup’.

Un film qui fait écho à cette vidéo qui tourne déjà à 2 millions de vues, celle de l'astrophysicien Aurélien Barrau. L’homme qui a réussi à réunir dans un même appel Alain Delon et Patti Smith, Isabelle Huppert et Nana Mouskouri, Jane Campion et Michel Jonaz, entre autres bien sûr. 

Entre la montée de diagnostiques toujours plus alarmants, et la conscience, suggérée, qu’un changement de cap radical serait une cause de hippies égarés, il ne restait qu’à se jeter dans un précipice àquoiboniste. Mais ce que disent ces films sur petits et grands écrans, c’est que ce changement est sans doute moins délirant que la réalité. 

Chroniques

8H50
3 min

La Conclusion

C’est peut-être la peur de la mort qui m’empêche de terminer Super Mario
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......