LE DIRECT
Des joueurs sud-coréens testent une nouvelle version de "StarCraft 2"

L’IA va-t-elle contrôler les armées ?

5 min
À retrouver dans l'émission

Après Deep Blue triomphant de Kasparov aux échecs en 1997, et AlphaGo, le programme qui a battu le champion sud-coréen du jeu de Go en 2016, voici que Deep Mind, l’intelligence artificielle de Google rebaptisée AlphaStar, s’est imposée contre deux des meilleurs joueurs mondiaux de Starcraft2.

Des joueurs sud-coréens testent une nouvelle version de "StarCraft 2"
Des joueurs sud-coréens testent une nouvelle version de "StarCraft 2" Crédits : JUNG YEON-JE / AFP - AFP

Pour vous traduire la nouvelle, disons que Starcraft2 est un jeu vidéo de stratégie militaire en temps réel et que jusqu’ici, ce type de jeu restait relativement inaccessible aux intelligences artificielles. Elles avaient en somme peu de chance face à des champions en titre…

AlpaStar a donc franchi une étape supplémentaire dans la complexité, et en un temps assez court puisque le défi n’est lancé que depuis 2016. Si cette victoire était attendue, voire prévisible, elle n’en reste pas moins marquante.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Il faut imaginer que dans ce jeu, Starcraft, les participants en réseau, doivent contrôler leurs armées sur un terrain donné. Se développe alors un véritable art de la guerre à base de stratégies savantes et de création d’infrastructures qui permettent de conquérir des territoires.

L’algorithme AphaStar s’est d’abord entraîné avec des enregistrement de jeux effectués par des humains, puis s’est dupliqué pour jouer contre lui même. Il a ainsi accumulé un niveau d’apprentissage impossible pour le commun des mortels. On s’est même aperçu que l’intelligence artificielle optait pour des techniques peu communes et des chemins de raisonnement inattendus.

Surprenante dans ses initiatives, capable de coordonner plusieurs attaques ou de gérer plusieurs bases simultanément : est-ce à dire que cette intelligence artificielle va devenir le nouvel atout de forces armées bien réelles ?

On se retrouverait presque dans un scénario à la « Wargames », ce film des années 80 où un pirate informatique s’infiltre dans le programmes de prévision de guerre nucléaire de l’armée américaine. Un supercalculateur du nom de WOPR pour « War Operation Plan Response » qui va semer la panique…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le mythe de cette performance exponentielle de la machine jusqu’à la perte de contrôle nous hante, comme le vieux Golem. Mais comme le souligne Jean-Gabriel Ganascia, chercheur en intelligence artificielle et professeur d’informatique à l’Université Pierre et Marie Curie : « cette peur nous empêche de voir les réalités qui sont en train de se faire jour ».

Ce qu’il faut retenir de cette victoire de l’IA au jeu Starcraft2 c’est, d’une part, que le militaire n’est plus le secteur qui guide les avancées technologiques c’est désormais l’industrie des loisirs. Et d’autre part, que ce type d’avancée peut se traduire militairement par une aide au commandement et un gain de temps dans l’analyse de données. 

Elle ne devient dangereuse que si elle est confisquée par tel ou tel Etat, ou si l’humain la pervertit. La machine elle même n’a ni volonté propre ni soif de pouvoir. C’est la leçon de la série Black Mirror qu’il convient encore et toujours de méditer.

Chroniques

8H50
3 min

La Conclusion

Borges lecteur de Chesterton
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......