LE DIRECT
Laura Smet et son demi frère David Hallyday

Chère Laura, Cher David

3 min
À retrouver dans l'émission

On ne naît pas ayant droit, on le devient

Laura Smet et son demi frère David Hallyday
Laura Smet et son demi frère David Hallyday Crédits : BERTRAND GUAY - AFP

Vous venez d’apprendre que vous ne serez peut-être pas déshérités. Votre père a été reconnu, il y a quelques jours comme résidant français, vous rétablissant potentiellement dans vos droits à la succession. Vous voilà, avec vos demi-sœurs Jade et Joy, aux portes du monde merveilleux des ayants droits. Félicitations.

Si la justice finissait par vous donner raison, vous seriez en mesure de toucher de très confortables royalties tirées de la phénoménale carrière de votre père, à commencer par une part des 24 millions d’euros d’actifs gelés par la justice française. De quoi s’ouvrir de belles perspectives.

Mais comme dirait Spiderman : « à super pouvoirs, super responsabilités ». 

On imagine toujours les héritiers des grands artistes comme des rentiers, se contentant d’entretenir le capital familial et de récolter les fruits d’une vie de travail et de passion, mais on oublie que cette charge est souvent écrasante. 

D’abord, parce qu’être ayant droit est souvent un job à plein temps. Alors qu’on se destinait à une carrière autonome en tant qu’artiste ou dans la vie civile, voilà que le sort vous transforme en machine à défendre les intérêts du défunt. Il s’agit, sans formation préalable et du jour au lendemain, de devenir juriste, archiviste, entrepreneur, conseiller artistique, voire publicitaire au service de l’œuvre du prestigieux disparu. Afin, de la faire respecter, et de la faire vivre dans les institutions et auprès du grand public.

Le Monde magazine consacrait ce week-end une grande enquête à ces serviteurs de la mémoire dans le monde des arts visuels, comme les héritiers de Charlotte Perriand, de Niki de Saint-Phalle ou de Donald Judd. Tous confirment le poids des responsabilités et la diversité des tâches à accomplir. Un vrai sacerdoce. 

En outre, il ne s’agit pas seulement de lutter contre les vautours, les faussaires et les escrocs, mais de vous faire reconnaître dans des milieux qui vous jugeront toujours un peu en béotien, voire en parasite. Et pour quelques grandes familles structurées autour de trusts brassant des millions d’euros par an, comme la Picasso administration ou Moulinsart SA, pour les héritiers d’Hergé, combien d’ayants droits perdus dans les luttes d’influences ? 

Sachez aussi, que quoique vous fassiez, vous devrez partager votre père avec des millions d’anonymes qui vous suspecteront de dévoyer le sens de son œuvre. Ou encore de la maintenir sous votre joug. Et il faut reconnaître que certains de vos semblables ont pu nourrir ces inquiétudes. C’est le cas de Stephen James Joyce, le petit-fils zélé de James Joyce, qui, refusant de laisser les universitaires commenter l’œuvre de son grand-père à coups de procès, pouvait leur lancer : « Vous n’êtes que des joyciens, je suis un Joyce ! » 

Et combien de veuves ou d’enfants d’artistes bloquent encore des adaptations innovantes ou des rééditions prestigieuses au nom du respect du droit moral - dont la frontière avec les intérêts financiers est parfois bien difficile à établir.

Etre un ou une ayant droit, c’est être capable de dialoguer avec un fantôme. Y compris lorsqu’il ne dialoguait pas beaucoup avec vous de son vivant ! C’est accepter l’artiste tel qu’il était, avec ses parts d’ombres et ses manques, sans céder à la tentation de réécrire l’histoire telle qu’elle vous plaît. Ce n’est pas non plus gérer un stock avec ses tiroirs d’inédits, et ses innombrables propositions de produits dérivés, mais être un médiateur entre l’héritage artistique dont vous êtes dépositaire et le monde d’aujourd’hui. 

Chère Laura, cher David, Chères Jade et Joy, alors que vous entamez une bataille nouvelle pour voir vos droits reconnus, vous l’aurez compris : on ne naît pas ayant droit, on le devient.

Chroniques

8H50
3 min

La Conclusion

Molière
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......