LE DIRECT
Théâtre de Orange dans le Vaucluse en France

Le patrimoine, levier fédérateur pour une nouvelle politique culturelle ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Un pilier rassembleur là où la culture pour tous ou le soutien à la création peinent à sortir de l’impasse.

Théâtre de Orange dans le Vaucluse en France
Théâtre de Orange dans le Vaucluse en France Crédits : Laurence Delderfield - Getty

Historiquement, depuis sa création il y a 60 ans, le ministère de la Culture, fondé par André Malraux, s’appuie sur trois piliers : soutenir la création, préserver le patrimoine et démocratiser la culture. Le premier pilier est marqué par une crise des auteurs et autrices de France en proie à une précarisation accrue, qui devrait conduire l’actuel ministre de la culture Franck Riester à repenser leur statut comme il l’a annoncé il y a quelques jours ici même.

Le troisième pilier « la démocratisation culturelle » doit sortir de l’impasse, les appels et initiatives se succèdent, j’évoquais ici le grand débat de la culture lancé par Beaux-Arts et la fondation du patrimoine, la plateforme est riche de propositions mais « l’entre soi » perdure comme le notait Michel Guerin dans Le Monde vendredi. 

Tandis que ce qu’il appelle les « gilets jaunes » de la culture, soutiens et soutiers de la politique culturelle sur le terrain s’exprimaient, que le ministre écoutait, où étaient les patrons de gros musées, opéras ou théâtres? 

Et ce « non public » de la culture comment prendrait-il part au débat, s’il se tient précisément en dehors de ces enjeux parce que, pour aller vite, un frein symbolique perdure et s’accentue ? Quant à l’éducation artistique et culturelle peut-elle enfin quitter sa peau de serpent de mer ? Les 149 millions d’euros que consacre l’État restant bien insuffisant, là où il lui faudrait 1 milliard pour être efficace. 

Enfin de quelle « Culture » parle-t-on ? En novembre 2017, un rapport intitulé « vers la démocratie culturelle » était remis au Conseil économique, social et environnemental qui rendait l’avis suivant : si la démocratie culturelle repose sur la participation, ce sont encore aujourd’hui les mêmes sachants et sachantes, experts et expertes qui transmettent le savoir à ceux et celles qui se savant pas encore, et qui, eux aussi, n’ont pas changé. Il s’agirait donc de passer de la culture « pour tous » à la culture « avec tous ».

Ces problématiques posées, reste le deuxième levier d’action : le patrimoine. Aujourd’hui ce qui a été baptisé « l’an 2 » du loto du patrimoine sera officiellement lancé et détaillé. Le succès de la première édition, plus de 40 millions d'euros récoltés  au total, encourage. La nouvelle liste des 18 monuments emblématiques a voulu faire une place à des types de monuments ou des départements qui n’avaient pas été mis en valeur l’an passé. On retrouvera ainsi la maison de l’artiste pionnière Rosa Bonheur en Seine et Marne, ou encore l’ancienne glacière municipale d'Etel  dans le Morbihan.

Le patrimoine s’impose de plus en plus comme le produit d’appel d’une politique culturelle qui serait d’avantage vécue comme « d’intérêt général ». Un pilier réconciliateur. En pour aller dans ce sens, les prochaines journées du patrimoine seront d’ailleurs dédiées au « lieux de divertissement ». A l’honneur : les théâtres antiques, les salles de spectacles, mais aussi le patrimoine folklorique, les fête foraines, ou encore «  les jeux traditionnels et les pratiques physiques » dans les piscines, les stades et les hippodromes. Pourquoi pas la reconstitution d’un « Interville »?

Bref une nouvelle facette du patrimoine, une vision élargie, et volontairement festive dont on peut se réjouir, mais qui revient aussi à cet étourdissement qui faute de trouver d’autres moyens de partager la culture se raccroche à son expression divertissante. 

Chroniques

8H50
3 min

La Conclusion

La sexualité masculine
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......