LE DIRECT
Marie Kondo travaille à son émission de télé réalité aux Etats-Unis

Phénomène Marie Kondo, le diable est dans les placards ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Du best-seller à la série, que révèle cet engouement pour la "magicienne du rangement " ?

Marie Kondo travaille à son émission de télé réalité aux Etats-Unis
Marie Kondo travaille à son émission de télé réalité aux Etats-Unis Crédits : Boston Globe / Contributeur - Getty

Quand vos prenez ce Thermos Guillaume est-ce qu’il vous procure du bonheur ? Est-ce que vous ressentez encore une petite secousse vous parcourir ? Une étincelle ? Si ce n’est pas le cas il est temps de vous en débarrasser, mais avant vous lui direz : « merci de m’avoir laissé t’utiliser ». 

Voilà pour le cérémonial type de la méthode KonMari développée par la japonaise Marie Kondo. Auteure d’un best-seller, « La magie du rangement », qui s’est écoulé à plus de 8 millions d’exemplaires dans le monde, et a été traduit dans 35 langues au total, Marie Kondo fait désormais l’objet d’une série sur Netlix. 

Il s’agit d’une application de sa méthode dans un format de télé réalité où des foyers américains lambda, dépassés par l’accumulation de vêtements, d’ustensiles et de babioles en tous genres, vont apprendre à trier et à se concentrer sur l’essentiel. 

Nouveau succès : la série est visionnée par des millions de téléspectateurs depuis début janvier. Imprégnée d’une philosophie décroissante qui remet en question les habitudes d’achats compulsifs et d’accumulation des sociétés ultra-consuméristes, la méthode KonMari est censée vous guider vers le grand allègement. 

Un horizon louable sur le plan écologique et émotionnel. Ordonné, concentré, vous ne gardez que ce qui vous procure de la joie, vous vous promettez de ne plus recommencer, et vous renouez avec ce qui importe. A savoir les relations avec ceux que vous aimez et l’espace redevenu harmonieux qui vous abrite. 

Le problème c’est que dans sa version télévisée, « l’art du rangement » de Marie Kondo se révèle être un véritable concentré rétrograde. Ou un formidable outil pour montrer l’illusion de progrès dans laquelle nous vivions sur le plan de l’égalité domestique. On y retrouve par exemple un jeune couple dont la vie s’est transformée en cauchemar parce que la mère n’aime pas faire les lessives, et que ça la stresse. Elle a beau s’être mise à temps partiel, avec ses deux enfants en bas âge elle n’arrive pas à tenir la maison ordonnée. Je vous passe les voix des enfants américains traduites en français par des adultes qui donnent lieu à de grands moments de gêne, comme lorsqu’il s’agit d’imiter la voix d’une petite de 2 ans réclamant le sein : « maman …tété ». 

A la fin de l’épisode, et grâce à la magicienne Marie Kondo, tout va bien ! La cuisine est rangée et maman s’y sent enfin à l’aise, quant à papa il est très fier parce que le garage est nickel. Ultime bonne nouvelle, maintenant que maman ne se sent plus débordée, elle va pouvoir s’occuper de tout sans femme de ménage, et vous savez quoi quand elle l’a appelé pour lui annoncer : la femme de ménage (qui venait donc de perdre son job) a dit qu’elle était très heureuse pour eux ! 

D’un couple à l’autre, actifs ou retraités, « l’art du rangement » de Marie Kondo est surtout une longue série de témoignages culpabilisés de femmes qui ne parviennent pas à remplir leur tâche, par leur faute bien sûr et leur paresse avouée face caméra. Avec Marie elle vont donc se remettent au travail, formidable non ? 

Au-delà de la forme sexiste qu’a pris l’adaptation en série du best-seller, le phénomène Marie Kondo révèle aussi d’autres signaux. Se concentrer sur le seul espace de changement qui échoue à l’individu, son espace domestique, c’est éviter de s’interroger sur les causes profondes d’un sentiment de chaos et de dérive. A l’image de tous les ouvrages de développement personnel qui prônent ici et là plus de narcissisme, plus de confiance en soi, plus de légèreté. Mais le but ne devrait-il pas être de changer l’équation dans laquelle nous nous sommes enfermés plutôt que de la rendre « supportable » ?

Chroniques

8H50
3 min

La Conclusion

L'autoroute A6 est mon boulevard parisien préféré
L'équipe
Production
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......