LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
120 battements par minute

Le succès de « 120 battements par minute » bouleverse Act Up mais lui redonne vie?

4 min
À retrouver dans l'émission

Une nouvelle vague de militants provoque la démission de l’ancienne direction.

120 battements par minute
120 battements par minute Crédits : Copyright Les films de Pierre / France 3 Cinéma

« Nous ne sommes pas une association de soutien aux malade mais un groupe d’activistes » tel débutait le brief aux nouveaux militants d’Act Up dans le film multi-césarisé de Robin Campillo « 120 battements par minute » retraçant la lutte d’Act Up au début des années 90 contre le SIDA, pour la prévention et l’accès aux médicaments.

En 2018, l’association endettée, placée un temps en redressement judiciaire, survivait avec quelques dizaines d’activistes. Le succès du film a provoqué un afflux de nouveaux militants : 40, 50 jusqu’à 70 personnes ont débarqué, et peu à peu les réunions ont virées aux crises violentes jusqu’à la démission de l’ancienne équipe dirigeante qui dénonce « une transition brutale ». En cause, une divergence sur la stratégie de l’association. 

Pour l’ancienne équipe, ces « jeunes militants déjà politisés et expérimentés dans d'autres luttes, notamment antiracistes » veulent « politiser la lutte contre le sida, ne plus parler de la vie des gens qui vivent avec le VIH ». Dans un communiqué, ils évoquent des insultes stratèges en réunion et des dépréciations gratuites. Le travail d’expertise d’Act up serait relégué au dernier plan « au profit du commentaires permanent et de la critique spectacle ». De son côté la nouvelle direction élue en assemblée générale dénonce à son tour une campagne de calomnie et défend « la transversalité de la lutte contre la maladie », je cite « l’épidémie est une épidémie politique, toutes les lois favorisant la précarité favorisent les contaminations ». De là s’ouvre une bataille : instrumentalisation d’Act Up ou retour à ses fondamentaux, de quoi s’agit-il ? 

Dans le film de Robin Campillo, biopic d’un corps politique, déjà les « RH », les réunions hebdomadaires, étaient mouvementées bien sûr. On s’y écharpait sur une action jugée trop violente, ou au contraire d’une radicalité nécessaire pour se faire entendre. La question des médias et du spectacle était là, celle de la défense des minorités prioritairement touchées aussi : prostituées, toxicos, prisonniers et étrangers bien sûr. Ceux qu’on appelle aujourd’hui les migrants. Et sur qui se centrerait le combat des nouveaux arrivants activistes. Seulement dans le corps politique de « 120 battements par minute » il y a des attaches, une circulation fraternelle de la politique, une circulation du désir aussi. Et ces morts qu’on pleure ensemble. Dans le clash en cours, rien de tout cela.

_P_our autant, ce corps politique a repris vigueur dans le débat. Au moment où il recevait l’un de ces 6 Césars le réalisateur Robin Campillo le rappelait : « On est toujours dans le tout répressif et les lois votées depuis mettent ces gens-là - (les toxicomanes, les prostituées, les étrangers) - dans une situation de grande précarité. Il est temps de les entendre, car comme il y a 25 ans, silence = mort ». 

Après les poches de sang à la face des labos pharmaceutiques, la capote sur l’obélisque de la Concorde, et les die in, allongés sur le sol pour dire la mort et le défi, quelles formes prendront ces nouvelles actions ? Une chose est sûre, le cinéma a montré à nouveau qu’il peut. Qu’il peut la catharsis, comme il peut la galvanisation de l’engagement. Et c’est parce qu’il a choisi un regard qui épouse les tensions et l’urgence, que ce film mobilise. Dans le réel, le corps politique d’Act Up se convulse mais quelque soit sa forme, des anciens ou des nouveaux, il reprend vie.

Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......