LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le site archéologique d’Al-Ula, à Madain Saleh, dans le nord-ouest saoudien, est reconnu pour ses tombes nabatéennes.

Arabie Saoudite, vendre de la culture plutôt que des armes?

2 min
À retrouver dans l'émission

Cocorico : la France, première sur l'ingénierie culturelle ? En tous cas, après avoir vendu son savoir-faire à Abou Dhabi pour la construction du Louvre des sables, elle devrait à nouveau se retrouver au cœur d’un immense projet touristique, le développement du vaste site d’Al-Ula.

Le site archéologique d’Al-Ula, à Madain Saleh, dans le nord-ouest saoudien, est reconnu pour ses tombes nabatéennes.
Le site archéologique d’Al-Ula, à Madain Saleh, dans le nord-ouest saoudien, est reconnu pour ses tombes nabatéennes. Crédits : Eric LAFFORGUE - Getty

Cocorico : la France, première sur l'ingénierie culturelle ? En tous cas, après avoir vendu son savoir-faire à Abou Dhabi pour la construction du Louvre des sables, elle devrait à nouveau se retrouver au cœur d’un immense projet touristique, le développement du vaste site d’Al Ulla au nord-ouest-saoudien.

Un lieu classé par l’Unesco, parc naturel et archéologique qui comporte de nombreux tombeaux nabatéens - contemporains de ceux de Pétra en Jordanie - mais aussi des inscriptions dans une dizaine de langues anciennes. Ce soir à l’occasion du dîner d’ « MBS », Mohammed Ben Salman, le prince héritier d’Arabie Saoudite, à l’Elysée, un accord de coopération est donc sur le point d’être signé pour qu’une agence d’ingénierie culturelle française orchestre ce chantier chiffré entre 50 et 100 milliards d’euros.

A bien des égards, c’est ce qu’on est en droit d’appeler une bonne nouvelle. Sur le plan symbolique la France accompagne l’ouverture progressive de l’Arabie Saoudite à un tourisme non religieux, et la mise en valeur d’un patrimoine préislamique jusqu’ici passé sous silence. 

 Après le Louvre d’Abou Dhabi, la France s’impose en sus comme leader dans le champ de la muséographie et du tourisme, incarnant la « _référence internationale incontestée de la culture et du bon goût », _selon les mots d’un diplomate saoudien cité par Libération dans un article sobrement intitulé « sur le site archéologique d’Al-Ulla, la France s’en mettra plein les fouilles » ! Car, autre bonne nouvelle sonnante et trébuchante, des entreprises tricolores pourraient décrocher une série de contrats non seulement sur le plan culturel, mais aussi celui des infrastructures. Même si des appels d’offre seront évidemment lancés, la perspective de ce marché pourrait s’élever à plus ou moins 10 milliards d’euros par an, dont une partie retomberait dans les caisses des entreprises françaises.  

Enfin, si l’on considère les 12 milliards d’euros que représenterait les ventes d’armements de la France à l’Arabie Saoudite en 11 ans, l’export de notre savoir-faire culturel s’avèrerait potentiellement plus rentable que la vente d’armes. La culture plus forte que la guerre ? Ne soyons pas naïfs, cela ne veut pas dire que ventes vont cesser pour autant, avec les milliers de victimes civiles que fait la guerre menée par l’Arabie Saoudite au Yemen.  

Au vrai, concernant le rôle de la France dans ce grand projet d’Al Ulla, les réjouissances ne peuvent être totales et sans réserve. Si je parle de rentabilité, c’est qu’ici la culture devient un produit comme un autre. Sujet à marchandage et à gros sous ("je vous mets deux Rafales, trois Airbus et un musée? Ce sera tout?"). Sans qu’on se soucie par exemple de l’usage politique intérieur et extérieur, qui peut être fait ensuite de ces projets. Sans qu’on en ait, du moins, la maitrise. Et que dire de la place de cette nouvelle stratégie culturelle des contrats et du chiffre avant tout, quand le gouvernement français annule 60 millions d’euros du programme “Diplomatie culturelle et d’influence”, et fait baisser de 11 % les subventions des Alliances françaises ? A ces multiples titres, les nouvelles ne sont pas si bonnes.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......