LE DIRECT
Fondation Louis Vuitton

Pourquoi faut-il encadrer le Mécénat Culturel ?

4 min
À retrouver dans l'émission

Ce n’est pas une revendication qui s’est manifestée dans les samedis de la colère, mais elle gronde depuis mois : les grandes entreprises abusent-elles de la niche fiscale du Mécénat ?

Fondation Louis Vuitton
Fondation Louis Vuitton Crédits : STRINGER / AFP - AFP

Ce n’est pas une revendication qui s’est manifestée dans les samedis de la colère, mais elle gronde depuis des mois : les grandes entreprises abusent-elles de la niche fiscale du Mécénat ? 

Hier ce n’est pas le président Emmanuel Macron qui faisait une annonce à ce sujet mais le ministre de la Culture, Franck Riester. 

En un mot, l’Etat va s’intéresser de plus près et dans le détail à l’usage que font les entreprises de ce type de dispositif fiscal, car il en a aujourd’hui une connaissance trop imparfaite au regard des enjeux financiers. C’est ce que déclarait le ministre aux dernières Rencontres du mécénat culturel, au Grand Palais à Paris. 

Les enjeux financiers sont les suivants : en 15 ans le coût du Mécénat pour les finances publiques a été multiplié par dix. Le nombre d'entreprises mécènes est passé de 6.500 à 68.500 et la dépense fiscale liée à la fameuse déduction de 60% s'élève désormais à plus de 900 millions d'euros. 

L’objectif du gouvernement ? Mieux encadrer pour limiter « les dérives et effets d’aubaines »,  soit le prolongement du rapport de la Cours des comptes remis le 28 novembre dernier. C’est ce rapport ainsi que la plainte d’une association anti-corruption contre la Fondation Louis Vuitton qui a fait clignoter les warnings, pour prendre une métaphore routière. 

Depuis la loi Aillagon, en 15 ans, la France est devenu un des pays les plus attractifs pour les Mécènes, comment cette réussite peut-elle sonner comme un constat d’abus ? Pourquoi le « mécénat bashing » est-il si vigoureux ? 

Il se trouve que la concentration de ces contreparties fiscales par les plus grandes entreprises et le manque d’encadrement du système, peuvent engendrer des effets pervers. En 2016, les 36 plus grandes entreprises représentaient les trois quarts des réductions d’impôts soit 432 millions d’euros. Le Mécénat comme forme d’optimisation fiscale déguisée pour Total (qui finance entre autres le Louvre) ou Louis Vuitton (et sa Fondation) : voilà qui polarise les craintes. 

Même si le mécénat culturel ne concentre que 25% des dons, derrière le social (28%) c’est l’immense vaisseau flottant de l’architecte star Franck Gerhy dans le bois de Boulogne qui symbole cette remise en cause. Coût estimé : 100 millions d’euros, coût final : 790 millions, dont environ 518 millions d’euros de déduction d’impôts. Le « cadeau » de Bernard Arnault, le patron de LVMH, à Paris et à la France, affole les calculettes. A plus de 112 000 euros le mètre carré de construction c’est énorme par rapport aux 4 500 euros le mètre carré du musée Guggenheim de Bilbao du même Franck Gerhy. Soit trois fois plus de surface utile pour un coût 7 fois moindre. Sans parler de la localisation, le Guggenheim de Bilbao a donné son nom à l’effet Bilbao c’est à dire qu’il relevé derrière lui toute une zone en sinistrose. Ce qui n’est pas vraiment le cas de Paris… 

Mais le Mécenat n’est-il pas fait aussi pour des projets de grande ampleur comme la Fondation Louis Vuitton ? Et compte-t-on le prix au centimètre carré d’une toile Picasso ? C’est la réaction de LVMH qui s’insurge et porte plainte contre ces soupçons de surcoûts avantageux fiscalement… 

Pour l’instant le ministère de la Culture a pris de simples mesures déclaratives, notamment sur les contreparties que les Mécènes reçoivent de la part des institutions bénéficiaires, car celles-ci s’ajoutent aux réductions d’impôts sur les sociétés (60% du montant du don). Mais la controverse n’est pas pour autant éteinte. 

Chroniques

8H50
3 min

La Conclusion

Un grand panorama intellectuel
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......