LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Nekfeu en 2016

Nekfeu, le rap « vers la tendresse »?

3 min
À retrouver dans l'émission

Illustration de la fin d’un rap « viriliste », le nouvel album de Nekfeu nous montre comment le genre musical le plus populaire entre lui aussi dans une phase de transition énergétique. Pas au sens écologique, mais littéralement parce qu’il change de carburant.

Nekfeu en 2016
Nekfeu en 2016 Crédits : David Wolff - Patrick - Getty

Le nouvel album du rappeur Nekfeu « Les étoiles vagabondes » en est l’une des illustrations. Sorti il y a quelques jours sur les plateformes de streaming, il se hisse déjà au sommet des écoutes mondiales, et incarne cette bascule de la violence atrabilaire à la revendication d’une fragilité pacifiste.

Oui « Pacifiste/ plutôt peace /voire utopiste » ainsi se décrit Nekfeu dans ses textes qui reviennent sur sa propre trajectoire, ses errements comme celle de son « équipe », avec notamment un passage qui a beaucoup fait réagir : « Occupe-toi d’tes péchés, si t’es homophobe, c’est qu’tu juges, force à mes LGBT, yeah ». 

Salué dans la foulée comme le premier rappeur à s’engager autant pour la cause LGBT, mais aussi attaqué par une avalanche de tweets haineux, Nekfeu est en réalité pile dans la ligne des rappeurs qui ont en fini avec la surenchère viriliste. En 2011 déjà dans le titre « Monsieur sable » sur l’album « En sous-marin » il scandait « c’est pas attaquer les homos qui t’rendra ta virilité ». 

Sur les réseaux ou encore le forum jeuxvideos.com qui a dû fermer la virulente discussion dédiée aux paroles pro LGBT de Nekfeu, certains appelaient au boycott. Si c’était comme ça, on ne l’écouterait plus… 

Il faudrait leur rappeler que leur champ musical risque de se restreindre considérablement. Outre atlantique les rappeurs défendent la cause gay bi et trans et condamnent les réactions homophobes d’une partie de leur public. Asap Rocky, Jay Z, Kendrick Lamar, Kanye West ou Lil B ne sont prononcés clairement sur le sujet. Quant à Franck Ocean, il a fait son coming out, et les rappeurs comme Tyler the Creator ou Childish Gambino assument une sexualité ouverte au-delà des carcans du genre. 

Cette évolution sur la question des orientations sexuelles stricto sensu, s’inscrit dans un bouleversement plus large. Le nouvel album de Nekfeu aurait aussi bien pu s’appeler « Vers la tendresse ». Du nom de cet excellent documentaire signé Alice Diop, césar du meilleur court métrage en 2017. Elle avait réussi à faire s’épancher les cœurs sensibles des garçons des cités. La carapace des postures virilistes s’y fendillait. Un espace s’ouvrait pour dire les impasses d’un jeu amoureux bloqué à l’avance par les attentes stéréotypées. 

De la même manière Nekfeu, comme tant d’autres rappeurs aujourd’hui, explore sa vulnérabilité et l’impossibilité de se conformer aux prérequis du masculin. « Ma future femme marchera avec un solidaire au bras au lieu d'un solitaire au doigt » reconnaît-il dans « Les étoiles vagabondes ». Dans le titre « Menteur Menteur », c’est lui qui doit demander à une fille entreprenante d’y aller doucement…

Impudique et sensible, le nouveau combustible de ce rap, fait de l’autoportrait sans complaisance un moteur pour nourrir une analyse critique plus large. La dénonciation du racisme, des inégalités, ou des violences policières en devient d’autant plus efficace qu’elle cesse de se discréditer dans une affirmation de puissance et de domination. 

C’est le paradoxe qui s’est dénoué, et qui emmène le rap de Nekfeu et consorts vers des contrées qui s’annoncent passionnantes. Quant aux conservateurs du rapgame, ils pourront toujours se rabattre sur du Michel Sardou.

Chroniques
8H50
3 min
La Conclusion
L'âme
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......