LE DIRECT
La date de naissance de Salto n'est pas encore annoncée, mais le faire-part avec les trois parents (France télévision, M6 et TF1) est déjà paru. Capture d'écran

Salto, le "Netflix français" arrive-t-il trop tard ?

4 min
À retrouver dans l'émission

Pour réussir son saut, la plateforme française doit dépasser la notion d’offre concurrentielle pour construire un service complémentaire de Netflix.

La date de naissance de Salto n'est pas encore annoncée, mais le faire-part avec les trois parents (France télévision, M6 et TF1) est déjà paru. Capture d'écran
La date de naissance de Salto n'est pas encore annoncée, mais le faire-part avec les trois parents (France télévision, M6 et TF1) est déjà paru. Capture d'écran

Longtemps espéré et enfin annoncé le « Netflix français » devrait voir le jour. TF1, France Télévisions et M6 ont révélé un accord pour lancer leur propre plateforme de contenu à la demande par abonnement. Son nom : « Salto ». Sa date de mise en orbite : 2019. Son objectif : concurrencer le géant américain de la SVoD (« subscription video on demand ») Netflix.

Salto est donc une offre payante qui proposera à ses abonnés et sur tous leurs types d’écrans un contenu commun aux trois groupes (TF1, France Télévisions et M6). Que pourra-t-on y voir ? De l’information (JT, magazines, et événements spéciaux), du sport, du divertissements, des fictions françaises, des série US, des documentaires, du cinéma mais aussi dans un second temps, des contenus spécifiques.

En terme de forme, et si l’on en croit les premières annonces, il s’agira d’une plateforme qui éditorialise ses contenus en fonction des téléspectateurs, et qui ne se présentera pas par chaîne mais par genre. Avec l’ambition je cite de « participer activement au rayonnement de la création française et européenne ».

Ces bases étant posées, comment faire pour que Salto réussisse sa pirouette concurrentielle face à des géants du type Netfiix qui affiche déjà un catalogue de 10 000 films et séries, et 3,5 millions d'abonnés en France ?

Le projet Salto devra d’abord franchir un obstacle, celui de l’Autorité de la concurrence, car l’alliance de ces trois groupes de diffuseurs audiovisuels français pose la question de la concentration.

Mais surtout Salto arrive presque trop tard. Difficile, à ce stade de l’offre, de concurrencer Netflix avec des épisodes de « Plus belle la vie », même disponible en intégralité, avec de nouvelles facilités de lecture...

Pour construire une offre attractive, comment Salto fera-t-il son marché parmi les nouvelles séries, avec un budget d’investissement de 50 millions d’euros face 8 milliards annuels de Netflix ? Et autre limite, lorsque de nouveaux contenus de fictions ou de documentaire seront financés par les diffuseurs cela n’implique pas qu’ils en seront propriétaires et donc libres de les exploiter en vidéo à la demande. Autant de difficultés soulignées par des observateurs spécialisés comme Philippe Bailly de NPA conseil.

De toute façon, la bonne approche dépasse la notion d’offre ainsi que le parallélisme concurrentiel avec Netflix. Elle tient dans la pertinence d’une proposition complémentaire. 

Si Salto arrive franchement tard, le projet est néanmoins salutaire. Une alternative "couleur locale" et européenne à Netflix peut être une force. Mais pas seulement. Pour se donner une chance, Salto doit sortir de cette logique d’offre ou de canaux de diffusion, pour se concentrer sur le meilleur service à rendre aux abonnés. La meilleure « expérience ». 

Comment inventer un service d’édition et de curation qui répond finement à cette nouvelle angoisse de la surabondance de contenus ? Quelle contre-proposition face aux algorithmes addictifs et normalisants de Netflix, sans revenir aux prescriptions surplombantes des « avis autorisés »? Autant de défis qu’il faudra relever, comme l’analyse Nicolas Vambremeersch de l’agence Spintank.

Et pour y parvenir, pourquoi ne pas ouvrir les discussions à d’autres acteurs que les chaînes ? Par exemple des services comme l’application « Molotov » qui ont inventé en France de nouvelles façons de regarder les contenus télévisuels. 

Salto peut réussir son saut, tant qu’il construira une véritable alternative et pas une nouvelle interface pour vendre des programmes gratuits.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......