LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Comment en refusant l’image pour favoriser le mot, Freud a-t-il révolutionner les représentations ?

Freud : voir avec les oreilles

3 min
À retrouver dans l'émission

Comment, en refusant l’image pour favoriser le mot, Freud a-t-il révolutionné les représentations ? C’est le vertigineux paradoxe dans lequel nous plonge cette première exposition sur le père de psychanalyse qui s’ouvre à Paris au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme.

Comment en refusant l’image pour favoriser le mot, Freud a-t-il révolutionner les représentations ?
Comment en refusant l’image pour favoriser le mot, Freud a-t-il révolutionner les représentations ? Crédits : Imagno - Getty

Déplions ce paradoxe. De fait, grâce aux découvertes de Freud s’opère une révolution des images. A commencer par les surréalistes. La revue « La révolution surréaliste » en 1927 laisse d’ailleurs une grande place à la traduction de l’essai de Freud « la question de l’analyse profane » publié l’année précédente. André Breton qui va à sa rencontre, Salvador Dali qui le peint au crépuscule de sa vie, sont profondément guidés par ses recherches.

Et que dire de ce tableau de René Magritte en 1945 « le viol » ? Encadré d’une longue chevelure blonde, les seins, le ventre et le sexe d’une femme apparaissent sur son visage, en lieu et place des yeux, du nez, et de la bouche… C’est un corps nu, mi femme mi enfant, qui parle à la place du sujet, c’est un drame, un inceste. 

Or pour étudier et comprendre ces pathologies qui ne laissent pas de traces anatomiques mais qui se manifestent en crise, en crispation, en hystérie, Sigmund Freud va précisément se débarrasser des images.

Son approche positiviste et ses travaux en neuro-anatomie, le pousse, en 1885, à Paris, où il suit les cours du professeur Charcot, célèbre neurologue qui dirige la clinique des maladies du système nerveux à l’hôpital de Salpêtrière. Charcot donne lors de ses leçons publiques de véritables représentations. Le théâtre de ses patientes sous hypnose devient  le reflet de ses propres idées. Pour Freud il y a là quelque chose de biaisé qui empêche de faire progresser le savoir : c’est cette entrée par le regard. 

Pour saisir les tourments du sujet, Charcot s’entoure de photographes et de peintres, Freud à l'inverse va choisir l’invisible, l’écoute. D’où le titre de cette exposition « du regard à l’écoute », qui plutôt que rendre compte de l’œuvre freudienne et de son impact, cherche à comprendre ses ressorts. Son archéologie profonde. Ce qui ne pourrait pas être plus freudien ! Il avait d’ailleurs dans son cabinet à Vienne quantité de statuettes antiques, et comparait le déchiffrement des rêves à celui des hiéroglyphes d’Egypte.

Le rêve est, comme le dit Freud, « la voie royale vers l’inconscient », il permet d’accéder à ces strates de mémoires, de pulsions, qui composent l’individu. Mais l’art aussi ! Seulement pour Freud la beauté est ce déplacement devenu nécessaire à l’homme pour contourner l’intérêt sexuel, véritable cœur de l’émotion esthétique. Freud ne voit pas qu’à son époque, l’art justement cesse de contourner, et cherche dans les mêmes directions que lui. Courbet a déjà peint "L’Origine du Monde", et des œuvres pré-psychanalytiques sont apparues comme "Le Cri" de Munch, où même celles des contemporains viennois de Freud que sont Gustav Klimt, Oskar Kokoschka, et particulièrement Egon Schiele qui explore le refoulé. L’intuition scientifique de Freud exclut l’image mais naît dans un ensemble de signaux y compris plastiques.

Et même si de son aveu, comme il l’écrira à André Breton en 1932, il n’est pas « en état de se rendre compte de ce qu’est et de ce que veut le surréalisme », il lui ouvre une porte immense, et derrière elle, un nouveau continent de représentations. Des peintures de Mark Rothko au cinéma d’Ingmar Bergman, tout ne fait que commencer, pour l’image de la non image.

Chroniques
8H50
4 min
La Conclusion
J'ai mieux réussi ma montée à Paris que Lucien de Rubempré
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......