LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Rond-point dans la ville de Honfleur

L’art des ronds-points

2 min
À retrouver dans l'émission

De l’appendice fiscal à la performance contestataire.

Rond-point dans la ville de Honfleur
Rond-point dans la ville de Honfleur Crédits : Shobeir Ansari - Getty

Avant d’être le siège de la révolte, initialement fiscale, des "gilets jaunes", les ronds-points étaient précisément attaqués pour leur poids sur les finances publiques, notamment à cause du fameux "art des ronds-points".  

L’efficacité de ces carrefours giratoires sur le plan de la sécurité routière est avérée (le risque d'accident y aurait diminué d'environ 40%). En revanche, leur embellissement est considéré comme un gaspillage d’argent public. 

Une association de contribuables a même organisé le Prix du Pire Rond-Point de France… A Marseille, au rond point de Pierre Guerre, trône bien un pouce du sculpteur César, mais les 60 000 autres ronds-points du territoire sont perçus comme moins "chanceux". 

Une taupe géante qui sort d’une motte de terre, un poteau de télésiège et son trois places, un cabine de plage d’où s’échappent des mouettes, une fusée, une soucoupe volante, une chaise agrandie comme dans Alice au Pays des Merveilles ou encore une sorte de Pac-man taillé dans les buissons. 

L’art des ronds-points a une part hallucinogène. Elle est d’ailleurs totalement assumée par « un sculpteur-créateur » de ronds-points, Jean-Luc Plé, qui développe depuis les années 2000 son art giratoire principalement en Charente-Maritime. Un monde étrange peuplé d’enfants géants courant sur une dune et des grands parasols plantés dans la pelouse. 

Ajouter à cela la collection de moulins, d’amphores, de charrettes et de bosquets charmants qui égayent les ronds-points de France, première au monde sur ce secteur. L’art des ronds-points peut multiplier par 2 voire par 10 la facture initiale, et le budget total des ronds-points atteint aujourd’hui les 20 milliards d’euros. Mais n’est-il pas nécessaire pour différencier les abords uniformisés de la France périurbaine ?

La révolte des "gilets jaunes", s’est accompagnée d’une transformation des ronds-points qu’aucun artiste n’a encore imaginée dans une performance. Balayant cette image de verrue fiscale et esthétique, ils sont devenus de nouvelles places publiques. A l’image de tous les mouvements qui depuis une dizaine d’années se sont précisément levés sur des places. 

Le collectif d’écrivains Inculte emmené entre autres par le Prix Goncourt Mathias Enard a d’ailleurs consacré un livre entier à ces places de la révolte en avril dernier. Partant de ces lieux de contestation pour mieux les décrire. 

- Puerta del Sol et ses « indignados » à Madrid par Pierre Ducrozet

- Le Parc Zucotti de New York et Occupy Wall Street par Cloé Korman et Mathieu Larnaudie

- La place Tahrir et le Printemps Arabe au Caire par François Beaune et Aiman Habdel Hafez

- La Place Syntagma à Athènes et le rêve d’alternatives aux plans de rigueur par Camille Louis et Maria Kakogianni

- Les barricades pro européennes du Maïdan à Kiev par Emmanuel Ruben.

Des lieux éphémères qui ont en commun, lorsqu’ils seront abandonnés, après l’usure, la fatigue mais aussi la violence, d’avoir été la marque d’un relief historique. C’est ce que ces textes d’écrivains d’Inculte ont voulu prolonger. 

Quelque soit l’issue de ces différents mouvements et leurs divisions, ils sont écrits sur ces places, dont font aussi partie aujourd’hui les ronds-points, un art des possibles. Une réappropriation de l’espace public dont le sens reste encore à déplier. 

Chroniques
8H50
4 min
La Conclusion
Je n'ai pas encore lu le nouveau Houellebecq
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......