LE DIRECT
.

Bécassine, ni bécasse, ni bretonne

5 min
À retrouver dans l'émission

Levée de boucliers bretons pour la sortie du film Bécassine ! de Bruno Podalydès, à tort ?

.
. Crédits : PHOTOPQR/LE PROGRES - Maxppp

A voir des projections de « Bécassine !» annoncées « sous escorte policière » lors des avant premières en Bretagne, j’ai d’abord failli me pincer. C’était de l’aveu du réalisateur « un peu chaud ». Et surprenant. Bruno Podalydès n’étant pas un habitué de la provoc' mais plutôt des dérives poétiques, à l’image de son précédent film « Comme un avion ».

Appel au boycott, communiqué furibard, rassemblements à Quimper, Brest et Rennes : selon le collectif «Dispac'h» («Révolution» en breton), le personnage du film Bécassine! serait insultant à l’égard du peuple du Grand Ouest. Sur Twitter ces indépendantistes fustigent je cite une «pseudo-comédie française potache et soi-disant populaire, qui dès ses premières images en dit long sur l'insulte en termes d'identité et de mémoire qu'il adresse aux femmes et à la Bretagne».

Pourquoi tant de tensions autour de Bécassine ? Héroïne de bande dessinée vert blanc rouge née en 1905 sous la plume de Jacqueline Rivière et sous le pinceau de Joseph Pinchon. Ce personnage de naïve servante bretonne venu travailler à la lisière de Paris au service de la Marquise Grand Air, serait devenu un cliché insupportable. Ce, pour les Bretons, pour les femmes, pour tous les prolétaires immigrés à Paris, si j’en crois la langue de ses irréductibles opposants.

On pourrait y voir une controverse suscitée à rebours, les caricatures d’hier se révélant beaucoup moins acceptables aujourd’hui. Mais avec cette Bécassine ! c’est tout l’inverse. Le personnage s’inscrit dans une longue tradition polémique qui fut même, jadis, plus violente. 

En 1939, trois militants bretons avaient détruit la statue en cire de Bécassine au Musée Grévin, ils l’avaient même décapitée, la fracassant à coups de marteau. La même année le tournage d'un film centré sur le personnage avait été interrompu à cause de multiples manifestations dans la région de Lannion.

Bécassine et son image de simplette, de bonne gourde au service des Parisiens, a toujours heurté la sensibilité armoricaine. Mais justement le film de Bruno Podalydès, si l’on se donne la peine de le voir, réhabilite Bécassine. Lui redonne une dimension très forte, inventive, et poétique. Bien sûr on la retrouve rêvant ébahie de Paris et sa tour Eiffel, totalement scotchée devant l’eau courante, les interrupteurs, les automobiles, le téléphone, et tout le modernisme qu’elle ignorait. Et bien sûr, elle peine toujours, dans une naïveté déconcertante, à saisir le second degré.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

La Bécassine ! de Bruno Podalydès n’est en réalité ni bête, ni bretonne ! Comme il le revendique lui-même. Il en gomme même les origines pour accentuer le trait sur une autre parenté. Bécassine c’est la cousine de Gaston Lagaffe ! Avec ses inventions magiques : le parquet à ressort, le biberon de nuit électrique, le minuteur éjecteur d’œufs. Bécassine c’est celle qui débrouille toutes les situations, impose sa singularité et écoute son cœur. Un personnage qui précisément tourne en ridicule les égarements de la bourgeoisie.

Bertrand Lehembre auteur de Bécassine, une légende du siècle, rappelait dans Le Nouvel Observateur que Bécassine a escaladé les Alpes, conduit des voitures, piloté un avion et s'est même essayée au cinéma. Pour lui « Elle est moderne et trépidante, nonobstant sa coiffe blanche et son parapluie rouge ». Françoise Dolto recommandait même la lecture de ses albums « modèle d’éducation moderne et de compréhension de la psychologie enfantine ».

C’est à cette nouvelle héroïne que rend hommage le film de Bruno Podalydès. Quoiqu’on pense de la valeur cinématographique de cette énième adaptation de bande dessinée sur grand écran, nous pourrions même lui dire merci d’avoir dissipé un vieux malentendu. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......