LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Image du film "'Mon voisin Totoro"

"Totoro", symbole du rapprochement du Japon et de la Chine ?

4 min
À retrouver dans l'émission

Il aura fallu 30 ans à « Totoro », le chef d’œuvre du cinéma d’animation d’Hayayo Miyazaki, pour arriver en Chine. Ou plus précisément pour exister officiellement.

Image du film "'Mon voisin Totoro"
Image du film "'Mon voisin Totoro" Crédits : Le Studio Ghibli

Il aura fallu 30 ans à « Totoro », le chef d’œuvre du cinéma d’animation d’Hayayo Miyazaki, pour arriver en Chine. Ou plus précisément pour exister officiellement. Le gentil monstre à la tête de chat et au grand ventre rebondi faisait jusqu’ici partie d’une culture underground à base de DVD pirates pour contourner les quotas de films étrangers du gouvernement chinois. 

20 longs métrages « extérieurs » par an jusqu’en 2012, puis 32, c’est maigre dans un pays où le marché du cinéma est aujourd’hui en plein boom, avec 10 nouvelles salles ouvertes chaque jour. En plus pour l’essentiel ce sont les productions hollywoodiennes qui parvenait jusqu’alors à passer à la frontière. 

Emblématique des studios d’animation japonais Ghibli, « Mon voisin Totoro », qui fait connaître l’oeuvre d’Hayayo Miazaki en France dans les années 90, est donc sorti pour la première fois sur les écrans chinois il y a quelques jours… 

Preuve qu’il existait une véritable attente, le film de 1988 s’est classé numéro 2 aux Box Office, juste derrière « Aquaman », nouveau super héros produit par le studio américain Warner. 

L’affiche chinoise du film, conçue pour cette sortie événement, joue sur un registre totalement différent. On n’y voit même pas le totémique Totoro. C’est une magnifique scène des deux petites héroïnes du films, Statsuki et Mei, de dos, chapeaux sur la tête, traversant un grand champ comme remué par le vent. Ce champ c’est en réalité, les longs poils du chat-bus qui les transportera par miracle au chevet de leur mère à l’hôpital. 

Un précipité de l’imaginaire de Miazaki, où ces créatures fabuleuses sont les ambassadrices de la nature, et les garantes du dialogue renoué avec elle. La nature, thème central de l’œuvre de Miazaki, qui alertait déjà sur les crises environnementales il y a 30 ans. Son dernier film, « Le vent se lève », en 2013, nous laissant méditer sur l’ampleur du désastre à venir en reprenant ce vers de Paul Valéry dans le cimetière marin : « Le vent se lève ! Il faut tenter de vivre ». 

La Chine est aujourd’hui le pays qui émet le plus de gaz à effet de serre  de la planète, mais pourrait bientôt devenir championne de l’économie verte. Face au climato-sceptique Trump et ses attaques commerciales, aurait-elle donc choisi Totoro comme symbole culturel de sa nouvelle stratégie ? L’arrivée des studios Ghibli en Chine marquant sa nouvelle alliance avec l’ex-rival japonais.  Les deux pays n’ont-ils pas signé, par ailleurs, un accord pour encourager des films en coproduction ? 

Mais dans ce conte, il ne faudrait pas oublier que la Disney Company a racheté le studios Ghibli : berceau de Totoro, Princesse Mononoké, Nauzika et la vallée du vent ou Le voyage de Chihiro ! Le maître artisan du studio, Hayayo Miyazaki  avait toujours milité contre. 

Totoro arrive donc en Chine comme symbole d’une nouvelle entente avec le Japon, mais la porte du marché s’ouvre aussi encore plus grand pour Disney ! Spiderman ira peut-être faire un tour en chat-bus… 

Chroniques
8H50
4 min
La Conclusion
Kurt Cobain, figure de Christ américain
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......