LE DIRECT
Un portrait du PDG de Facebook Mark Zuckerberg, sur un écran d'iPhone, devant le logo du réseau social Facebook

Facebook un ami qui vous veut du bien ?

5 min
À retrouver dans l'émission

Le changement des algorithmes qui organisent le fil d'actualité promet "plus de bien-être".

Un portrait du PDG de Facebook Mark Zuckerberg, sur un écran d'iPhone, devant le logo du réseau social Facebook
Un portrait du PDG de Facebook Mark Zuckerberg, sur un écran d'iPhone, devant le logo du réseau social Facebook Crédits : Jaap Arriens / NurPhoto - AFP

L’information peut-elle être affaire de « bien-être » ? Aussi ubuesque soit-elle, la question se pose néanmoins au vue des dernières annonces de Mark Zuckerberg, PDG et fondateur de Facebook. Vous savez ce petit réseau social qui compte plus de 2 milliards d'utilisateurs actifs chaque mois, et dans lequel 33 millions de Français ont un compte, soit la moitié de la population.   

Concernant la refonte prochaine du fil d’actualité avec de nouveaux algorithmes Mark Zuckerberg s’est exprimé dans un long post qui pourrait se résumer par cette formule tautologique : le réseau social Facebook doit être un réseau social. « Puisqu’il y a désormais plus de contenus et de vidéos créés par les marques que de posts publiés par vos amis, le fil d’actualité s’est détourné de ce qui est le plus important - nous aider à nous connecter avec les autres. Nous voulons nous assurer que nos services ne sont pas juste fun à utiliser, mais aussi utiles au bien-être des utilisateurs » écrit Zuckerberg.   

Le « bien-être », formule qui laisse rêveur voire inquiet lorsque c’est Facebook qui le définit, serait de remettre les contenus partagés par la famille, les amis, les proches, au cœur de ces fameux fil d’actualité. Concrètement ça veut dire que les post, photos et vidéos qui seront partagés et commentés par les utilisateurs et leurs amis seront davantage mis en avant que ceux proposés par les entreprises et les médias. Mais aussi comme l’analyse le site spécialisé Wired « que le nombre de commentaires comptera plus que le nombre de "j’aime", et que les publications au sujet desquelles les internautes ont pris le temps d’écrire de longs commentaires auront plus de poids ».   

« Bien être » et « authenticité » tels sont les mantras de cette petite révolution new age qui devrait voir vos fils d’actualité dépendre de l’implication et de la sélection de votre réseau, plus que d’une popularité globale achetée qui sait à coup de « fermes à like » ou liée au fait que vous ayez aimé un jour la page de telle ou telle marque ou de tel ou tel média. Ce qui en soit n’est pas une mauvaise chose. 

Mais évidemment si Mark Zuckerberg est un ami qui veut vous veut du bien, cette réforme des algorithmes pose de sérieux problèmes. Enfermé dans votre bulle de croyance informative et émotionnelle, cette nouvelle sélection de votre fil d’actualité devrait renforcer les articles d’opinions qui sont déjà bien mieux classés que les articles d’information. Les articles nuancés entraînant moins de commentaires que les points de vue polémiques, devraient eux-aussi perdre encore en espace. Dans une course à la récompense réputationnelle, chacun y ira de plus belle dans le commentaire de tout. Sans compter que cela ne devrait rien arranger au problème des fake news. Comme le soulignait Vincent Gald dans Libération « en privilégiant l’interaction au détriment du contenu pertinent, Mark Zuckerberg fait de l’information un simple support de conversation. Et rien de telle qu’une fake news pour susciter de l’interaction ». 

Mais rassurez-vous, dans cette nouvelle bulle vous serez plus heureux et pus fort, car comme l’affirme Mack Zuckberg, lire des articles ou regarder des vidéos « passivement » a moins d’impact sur votre bonheur et votre bonne santé que de vous sentir liés aux gens qui comptent pour vous. D’ailleurs, je le cite toujours « un écureuil qui meurt devant votre porte risque de davantage vous intéresser que des gens qui meurent en Afrique ». Merci Facebook ne m’avoir épargné cette nouvelle !  Cerise sur le réseau : Mark sera lui même plus heureux car un utilisateur « engagé », c’est-à-dire qui clique, partage, commente, c’est un utilisateur hautement plus rentable en terme de publicité.

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......