LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Harvey Weinstein sur le tapis rouge des Oscars en 2014

Harcèlement, y a-t-il un particularisme des milieux culturels ?

5 min
À retrouver dans l'émission

La ministre de la Culture s'engage dans la lutte contre le harcèlement sexuel mais en quoi est-ce l'affaire de la culture ? Est-ce qu’on harcèle plus facilement dans ces milieux ? Pourquoi mettre l’accent sur cet espace de domination plus qu’un autre ?

Harvey Weinstein sur le tapis rouge des Oscars en 2014
Harvey Weinstein sur le tapis rouge des Oscars en 2014 Crédits : ROBYN BECK - AFP

C’est l’histoire d’une fusée à plusieurs étages propulsée par l’actualité.

La séquence vous la connaissez : les enquêtes accablantes du New York Times et du New Yorker concernant le producteur de cinéma américain Harvey Weinstein, et les accusations en chaîne de harcèlements sexuels et de viols qui s’en suivirent émanant des actrices qui en ont été les victimes.

Un premier mouvement pour élargir le cas hollywoodien à toutes les femmes

L’apparition ensuite en France du hashtag « balance ton porc », espace de "libération de la parole" controversé dans sa forme, où anonymes comme professionnels des médias et du cinéma ont fait part leur expérience de harcèlement voire d’agression sexuelle.

Aux Etats-Unis ce sera le hashtag « me too » lancé par l’actrice Alyssa Milano pour montrer que le harcèlement touche toutes les femmes. Au Canada où des accusations d’agressions sexuelles ont éclatées visant le producteur du festival « Juste pour rire » Gilbert Rozon, ce sera le mot dièse « moi aussi ». Bref quelque chose s’est ouvert. Et s’est imposé dans l’agenda.

C’est dans ce contexte que la ministre de la Culture François Nyssen a fait savoir hier qu’elle entendait agir « vigoureusement et sans relâche dans la sphère culturelle ». Or la secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa a déjà présenté un projet de loi "contre les violences sexistes et sexuelles" – prévu pour 2018 et conçu avant l’affaire Weinstein. Alors pourquoi faudrait-il une action de prévention et d’éducation qui vise la sphère culturelle en particulier ?

Pourquoi la sphère culturelle en particulier ?

Françoise Nyssen annonce que l'ensemble des directrices et directeurs des 99 établissements qui forment aux métiers de la culture (écoles d'art, d'architecture, de cinéma etc) devront, je cite : "diffuser, auprès de leurs étudiantes et étudiants, un message de sensibilisation sur l'éducation à la non-discrimination, et le rejet de toute forme de harcèlement sexuel".

Sans faire du harcèlement une particularité des milieux culturels, on peut voir dans cette annonce une réponse à des révélations qui ont en effet concerné ce secteur. Cinéma, média, festival. Et ce qu’on y harcèle plus facilement à cause des zones grises dans lesquelles se trouvent celles et ceux qui dépendent du désir subjectif de leur employeur ? Pourquoi mettre l’accent sur cet espace de domination plus qu’un autre ? Selon un récent sondage 53% des femmes interrogées disent avoir été victimes d'agression sexuelle et/ou de harcèlement. Et elles ne travaillent pas toute dans la culture.

Au fond, il ne s'agit pas de retirer aux autres espaces de « prédation » leur réalité, mais d'affiner l’action dans un milieu où comme le rappelle Juliette Binoche dans une interview au Monde : « S’approcher de ces pouvoirs-là, c’est un peu comme des trous noirs dans l’espace, ils dégagent une énergie qu’il faut savoir décrypter, sentir, on peut tourner en orbite, mais gare à ne pas se laisser happer ! ». C’est un métier qu’elle qualifie de dangereux, et cet entretien vaut pour manuel de survie en milieu hostile.

La culture comme espace des représentations

Sans oublier que la culture c’est éminemment l’espace des représentations où se joue la mise en récit du masculin et du féminin. Porter une action de sensibilisation dans ce secteur a donc du sens, pour amener qui sait à une évo ou une révo-lution des imaginaires. Bousculer les ferments d’une toute puissance viriliste ou d’une objectivation de la femme.

C’est ce que j’entends aussi dans cette formule de François Nyssen : "Je souhaite que le ministère de la Culture et l'ensemble des institutions culturelles soient le fer de lance de l'égalité entre les femmes et les hommes ". Même si, ultime étage de la fusée, l’annonce de la ministre vise l’exemplarité du secteur. Elle évoque "l'accès aux postes de responsabilité et aux moyens de création,", "la fin de l'insupportable disparité des rémunérations" qui passent "par la prise de conscience de pratiques condamnables" fin de citation.

Ce qui se joue c’est une occasion rare de faire le lien entre les différentes mailles du piège inégalitaire dans lequel on s’est enserré. Mais aussi la visualisation d’une fenêtre d’action ou de tir, pour revenir à la métaphore spatiale, dont chacun sait qu’elle peut se refermer. Le compte à rebours a commencé.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......