LE DIRECT
Emma Stone et Steve Carell dans "Battle of the sexes"

"Battle of the sexes", un peu d'air dans le débat égalitaire ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Sorti avant l'affaire Weinstein aux Etats-Unis, le film arrive en France pays du hashtag #balancetonporc.

Emma Stone et Steve Carell dans "Battle of the sexes"
Emma Stone et Steve Carell dans "Battle of the sexes" Crédits : Allo Ciné

L’histoire, vous ne la connaissiez peut-être pas, c’est pourtant un événement majeur à la fois pour le tennis, et pour l’égalité homme-femme.   

Ce qu’on a appelé la « bataille des sexes » est le match de tennis qui a opposé en 1973 aux Etats-Unis, année charnière pour les droits des femmes, Billie Jean King, championne de 29 ans déjà titulaire de trois titres du Grand Chelem, à l’ancien numéro un mondial Bobby Riggs, 55 ans rangé des raquettes. Pourquoi la bataille des sexes ? Parce que Bobby Riggs, misogyne outrancier, veut prouver dans un match événement que la place des femmes est davantage dans la cuisine ou la chambre à coucher que sur un court. Et parce que Billie Jean King, elle, s’est engagée dans la lutte pour l’égalité des sexes dans le tennis où les femmes sont payées un 1/8ème, voire 1/12ème de ce que gagnent les hommes. Au terme d’un match d’anthologie, la jeune championne s’impose 6-4, 6-3, 6-3 devant 90 millions de téléspectateurs.  

Cette mythique « bataille des sexes » est portée à l’écran par les réalisateurs de « Little Miss Sunshine » Valerie Faris et Jonathan Dayton. Le film, arrivé dans les salles américaines juste avant l’affaire Weinstein, aurait sans doute pris une autre dimension s’il était sorti quelques jours plus tard. Il débarque aujourd’hui en France en pleine tempête. Les hashtag « balance ton porc » et « me too » ont libérés la parole des femmes sur les violences sexistes, et la question des rapports de domination hommes/femmes s’est réimposée dans le débat public. Non sans tensions.  

L’intérêt de ce film, à la fois biopic sportif et comédie sociale, est de faire vivre ou revivre à toute une salle les discours dominants de l’époque, plutôt que de les intellectualiser. Un coup de rétro qui permet de mesurer les progrès réalisés, et de nous renvoyer à ce qui subsiste de ces saillies machistes. La femme est constamment rabaissée, enfermée dans son rôle d’épouse, de mère ou d’objet. "Biologiquement inférieure".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Billie Jean King déclarera après sa victoire : « je me suis dit que ça nous renverrait 50 ans en arrière si je ne remportais pas ce match, ça aurait gâché la ligue féminine et touché l'estime de toutes les femmes.»   

Ce qui rafraîchit en plus de la mémoire, l’esprit, c’est que bataille sportive et sociale qui se livre, se joue sur le terrain de l’humour. À ce jeu Emma Stone et Steve Carrell, qui incarnent respectivement Billie Jean King et Bobby Riggs, sont imbattables.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Dans la scène qui rejoue le début du match mythique, le champion phallocrate Bobby Riggs offre à sa compétitrice une sucette géante aux couleurs de son sponsor « Sugar Daddy » - anecdote véridique – et Billie Jean King lui offre en retour un petit porc (tiens, tiens) pour faire honneur à sa réputation de macho. Il se lance alors dans une provocation sur la suprématie masculine, elle lui répond « place au sport ».  

En réalité, il est ici question de spectacle. Le match est un show médiatique qui cristallise des enjeux sociaux majeurs, caricature les positions, compte les petites phrases entre les adversaires comme des smashs et préfigure pour le réalisateur et la réalisatrice « le fonctionnement actuel de la politique aux Etats-Unis ». Un cirque qui traverse l’Atlantique et que l’on sait pas si mal faire tourner en France.  

Si cette « batailles des sexes » fait souffler un air frais dans le débat égalitaire actuel, c’est qu’on y voit des hommes et des femmes en coulisses justement. Des hommes et des femmes qui doivent débattre, et se débattre dans l’intime avec leur propre identité. Un mâle pas si alpha dans le cas de Bobby Riggs, et dans le cas de Billie Jean King, une jeune femme qui découvre son homosexualité. Le souffle de « la batailles des sexes » est celui des possibles !

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......