LE DIRECT
À l'intérieur de la librairie Le Failler, à Rennes, le 5 septembre 2017.

Tous les moyens sont bons pour lutter contre Amazon?

3 min
À retrouver dans l'émission

La bataille du "LIR" divise le monde du livre.

À l'intérieur de la librairie Le Failler, à Rennes, le 5 septembre 2017.
À l'intérieur de la librairie Le Failler, à Rennes, le 5 septembre 2017. Crédits : DAMIEN MEYER - AFP

C’est un vrai débat pour l’avenir culturel de la France qui s’est engagé cette semaine tandis qu’inconsolable elle perdait coup sur coup, son ambassadeur pop de la littérature, Jean d’Ormesson, et son icône rock, Johnny Hallyday.

Un débat culturel qui divise littéralement le monde du livre, et que l'on pourrait baptiser "la bataille du LIR". Le « LIR » est un label de référence qui a été créé suite au rapport rédigé par Antoine Gallimard en 2008 et qui permet à 550 librairies sur de bénéficier d’exonérations fiscales. Mais depuis l’adoption d’un amendement au Sénat le 24 novembre dernier le périmètre d’accès aux exonérations fiscales lié au label LIR a été élargi. 

Des entreprises réalisant plus de 50 millions de chiffre d’affaires, n’étant pas indépendantes, et intégrant des ventes autres que le livre neuf au détail peuvent y avoir accès.  

A première vue cela ne peut pas être de trop pour lutter face au géant du commerce en ligne Amazon, sa concurrence fiscale déloyale, ses algorithmes et ses effets destructeurs sur le réseau de distribution physique. Un réseau essentiel en ce qu'il crée des espaces de vie sociale et culturelle. 

Des grosses enseignes du livre comme Gibert ou les librairies Virgin reprises par Furet du Nord se sont félicitées de l’adoption de cet amendement via une tribune publiée dans Le Monde cette semaine. C’est la bataille pour la lecture qui était mise en avant, le savoir lire comme un savoir vivre ensemble qui était mobilisé, le Prix Nobel de littérature Mario Vargas Llosa qui était cité en renfort pour avoir parlé de la lecture comme le plus grand événement de sa vie.  

Sur ce genre de fondamentaux tout le monde est d’accord, mais de quoi parle-t-on exactement avec cet élargissement du label LIR et de ses exonérations fiscales aux grandes enseignes? 

Des libraires indépendants ont lancé un appel hier. Ils parlent d’un coup de tête sans concertation qui tente de répondre au problème posé, en les mettant au final en danger. Oui ces grandes enseignes concourent à la résistance des réseaux physiques face à Amazon, mais faut-il pour les soutenir, utiliser un outil conçu spécialement pour les librairies indépendantes ? 

Jusqu’ici le label LIR était attribué via une commission du Centre national du livre, là ce serait aux collectivités locales de décider seules. Et devant le coût de ces exonérations élargies, elles pourraient être découragées de les maintenir pour les libraires indépendantes (dont l’équilibre financier dépend des dites exonérations). La mesure si elle était adoptée par l’assemblée nationale et entrait en vigueur en janvier 2018, pourrait profiter aux grandes enseignes, aux soldeurs, voire aux acteurs de la grande distribution au détriment du réseau indépendant. 

Et quand dans leur tribune du Monde, les grandes enseignes évoquent leur métier de libraire « le plus beau métier du monde », on ne peut pas dire que ce soit exactement le même que celui des libraires indépendants. Véritables polinisateurs du livre les libraires indépendants travaillent à coup de post-it "coup de cœur" sur des choix audacieux, de rencontres organisées avec les auteurs, d’embauche d’un personnel spécifiquement formé et rémunéré en conséquence. Ce qui ne correspond pas à la politique des grandes enseignes où l’assortiment en fonction des meilleures ventes a tendance à s’imposer par exemple.   

Voilà pourquoi ces libraires indépendants appellent les parlementaires à revenir sur cette mesure et engager une concertation. Tout le monde a beau être d’accord pour défendre l’accès au livre et à la culture dans de le réseau physique, ne faut-il pas s’entendre pour que petites, moyennes et grandes structures puissent co-exister ?   

L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......