LE DIRECT
Deux femmes se prenant en photo.

Le musée, nouveau parc d’attraction ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Dormir sous la pyramide, prendre l’apéro devant la Joconde, dîner devant la Vénus de Milo : le concours Airbnb au Louvre relève de l’expérience « kit prestige » sans grand rapport avec la culture.

Deux femmes se prenant en photo.
Deux femmes se prenant en photo. Crédits : Ascent/PKS Media Inc. - Getty

Mardi prochain le ou la gagnant(e) d’un concours organisé par le Louvre et la plateforme Airbnb passera la nuit au musée avec la personne de son choix.

Dormir sous la pyramide, prendre l’apéro devant la Joconde, dîner devant la Vénus de Milo : l’expérience a tout du « kit prestige » des grands hôtels. Le frisson des monarques pops, Beyoncé et Jay-Z, en plus. Une visite « V.I.P » telle qu’ils ont pu la faire avant de tourner leur clip monumental au Louvre, sera d’ailleurs organisée. 

Pour jouer chaque participant doit expliquer en 800 caractères, un peu moins de 3 tweets, pourquoi il se serait l’invité idéal de La Joconde… Une version plus impliquée que le ticket gagnant de Charlie et la Chocolaterie. Sauf que dans le cas précis, ce n’est pas le Louvre qui invite mais Airbnb. Est-ce dans le cadre d’un partenariat payant ou d’une contrepartie en mécénat ? Rien n’a été divulgué à ce jour. 

Mais pourrait-on s’étonner en pleine guerre entre la Marie de Paris et la plateforme de location de logements, assignée en justice pour non-respect de la Loi Elan, d’une telle opération promotionnelle. Des affiches pour faire la publicité du concours recouvrant depuis quelques semaines les murs du métro.

Avec ce type de concours, à dimension internationale, Le Louvre, en tous cas, se félicite de pouvoir « toucher de nouveaux publics partout sur la planète » sachant que le site Airbnb est « particulièrement populaire auprès des jeunes du monde entier ». 

Déjà à l’issu du clip des Carters, un parcours « Beyoncé et Jay Z » avait été inauguré, pour s’ouvrir à de nouveaux visiteurs, curieux de découvrir en vraie les œuvres qu’il avaient vus mises en scène sur YouTube.

Le concours Airbnb correspond-t-il donc juste à une étape supplémentaire dans cette phase d’ « évènementialisation de la culture » qui traversent de nombreuses institutions comme le Louvre. Notamment à travers de nouveaux dispositifs comme les fameux « espace games ». 

Dans le cadre de l’opération « la porte du temps » organisée par le Louvre au mois de mars dernier : il s’agissait par exemple de retrouver des œuvres d’art cachées durant la seconde guerre mondiale en cherchant des indices de salle en salle. 

Dès lors, le musée ne se mue-t-il pas peu à peu en parc d’attraction ? Il y aura toujours des détracteurs comme feu Philippe Muray, dénonciateur canonique de « l’homo festivus » ou cette culture du « tout festif » infantilisante, mais n’est-ce pas malgré tout un moyen salutaire et « ludique » (le mot usé est lâché) de partager la culture ? Dans des proportions raisonnables, où la foire du trône ne prend pas le pas sur l’expérience artistique et culturelle.

Pour reprendre l’exemple du clip de Beyoncé et Jay-Z par rapport au concours Airbnb du Louvre : dans un cas, l’institution fait coup double, elle encaisse l’argent du tournage et invente une politique culturelle attractive à un moment où les musées dessinent leur scénario pour l’avenir. Dans un autre, on a la sensation d’une opération purement commerciale qui n’a plus grand chose à voir avec la Culture. 

Il faut rappeler que tout n’est pas bon pour remplir les poches du musée, qui n’est pas un « partenaire » comme les autres. À ce titre, lorsque le Muséum d’histoire naturelle de New York a renoncé récemment à louer ses locaux pour un gala qui honorait le président Brésilien, connu pour sa politique écocide, une limite éthique a été posée.

Chroniques

8H50
3 min

La Conclusion

Tom Cruise et Donald Trump
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......