LE DIRECT
"Astérix le Gaulois" réalisé par Ray Goossens en 1967. Adapté de la bande dessinée éponyme de René Goscinny et Albert Uderzo parue en 1961.

René Goscinny, pilier déraciné de la culture française

5 min
À retrouver dans l'émission

Icônes de la BD tricolore Astérix et Obélix sont tout sauf des produits du terroir.

"Astérix le Gaulois" réalisé par Ray Goossens en 1967. Adapté de la bande dessinée éponyme de René Goscinny et Albert Uderzo parue en 1961.
"Astérix le Gaulois" réalisé par Ray Goossens en 1967. Adapté de la bande dessinée éponyme de René Goscinny et Albert Uderzo parue en 1961. Crédits : Allo Ciné

« J’aime bien les étrangers : j’ai été moi-même étranger pendant longtemps » la phrase est de René Gosciny. À l’occasion des 40 ans de sa mort, deux expositions nous rappellent que le créateur d'Astérix et du Petit Nicolas, piliers de la culture française, est avant tout un grand déraciné.

Astérix le gaulois qui résiste à l’envahisseur et Obélix célébrant la ripaille dans un bain de bière et une ronde de sangliers, autant d’images d’Epinal de la "franchouillardise". Mais comme le note Paul Salmona directeur du Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme où vient de s’ouvrir l’exposition « René Goscinny au-delà du rire » :

« Ce qui frappe précisément chez Goscinny c’est l'écart entre cette œuvre emblématique des Trente glorieuses, et ses origines, son enfance, sa jeunesse qui sont profondément marquée par le cosmopolitisme juif et une existence véritablement diasporique »

D’ailleurs, l’exposition commence sur l’image d’un bateau suivant les pointillés d’une traversée.

Ainsi Astérix (conçu avec le fils d’immigrés italiens Albert Uderzo), Le petit Nicolas avec Sampé ou Lucky Luke avec Morris sont autant de marqueurs de la culture française conçus par un esprit culturellement marqué ailleurs.

Un produit de synthèse

Goscinny "drôle de gaulois" est une synthèse de la culture juive d'Europe de l'Est. Son père est polonais de Varsovie, sa mère originaire d'un shtetl ukrainien. Ses grands-parents ont fondé l’imprimerie Beresniak dans le 5ème arrondissement de Paris, une tradition typographique que Goscinny perpétue ainsi qu'un art du zetser mot yiddish qui signifie composer les pages entre formes verbales et visuelles.

Français par le droit du sol et né près du Panthéon (« Aux grands hommes la patrie reconnaissante… c’est assez rare qu’on vous le dise dés la naissance » notera-t-il d’ailleurs) René Goscinny passe dix-sept ans en Argentine où son père est cadre d’une association pour les juifs exilés sur les terres australes, puis six ans aux Etats-Unis où il débarque avec sa mère en 1945. Des années culturellement formatrices.

D’ailleurs Astérix n’est pas un pur produit culturel français mais un produit de synthèse. L’image de la France est surtout celle d’une France fantasmée au loin par un petit Goscinny qui apprend que "deux et deux font quatro" dans les écoles françaises de Buenos aires. Quant aux personnages d’Oumpah-Pah puis d'Astérix et Obélix ils sont dans la lignée de Patoruzu icône la BD argentine signée Dante Quinterno. Un héros chef indien accompagné par un gros bébé costaud dans ses aventures pour libérer son peuple opprimé.

L'Amérique plus que l'Armorique

Enfin si Asterix est bien un super héros français aux supers pouvoirs générés par une potion magique, c’est sous influence des comics et d’une culture américaine de la BD découverte à New York. D'ailleurs sa rencontre en 1948 avec Harvey Kurtzman futur rédacteur en chef de Mad marquera les ambitions de Goscinny pour la bande dessinée comme un art à part entière. Ce qu’il mettra en œuvre à la tête de la revue Pilote.

Une américanité que l’exposition "Goscinny et le cinéma" à la Cinémathèque française montre très bien. Car Goscinny est aussi le produit d'une filmographie américaine qui l'a fondamentalement construit. Buster Keaton, Les Marx Brothers, ou encore Vincente Minnelli et John Ford sont au coeur de l'écriture d'Astérix et de Lucky Luke.

C’est ce multiculturalisme qui irrigue l’œuvre de Goscinny le déraciné polyglotte, et c’est bien ce brassage qui permet de réaliser des références de l’identité culturelle française.

L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......