LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Belfort est le berceau d'Alstom, là où furent construit les premiers trains il y a 137 ans

Alstom : un sujet financier et politique

3 min
À retrouver dans l'émission

Le gouvernement s'étonne qu'Alstom ferme le site de Belfort, berceau historique de la fabrication de train. A la fois actionnaire d'Alstom, et client (via la SNCF et les régions), il ne pouvait pas ne pas être au courant des ambitions financières du PDG, ni des difficultés de l'usine de Belfort.

Belfort est le berceau d'Alstom, là où furent construit les premiers trains il y a 137 ans
Belfort est le berceau d'Alstom, là où furent construit les premiers trains il y a 137 ans Crédits : . - Maxppp

Alstom n'est pas un sujet économique. Je force un peu le trait en commençant ainsi, ce que je veux dire par là, c'est que si Altom décide de fermer son usine de Belfort, ce n'est pas parce que l'entreprise est menacée économiquement si elle ne le fait pas.

  • Sa situation financière est saine, (l'agence de notation S&P a revu la perspective associée à sa note, elle est stable, contre négative auparavant)
  • Son carnet de commande est bien rempli: 30 Mds d'euros de contrats à venir
  • Etats Unis, Inde, Afrique du Sud, Espagne, Mexique, Qatar; le savoir faire d'Alstom se vend très bien.
  • Son créneau (train métro tram) est très porteur alors que tous les pays cherchent à limiter leurs émissions de carbone.

Bref, on n'est pas dans le cas d'une industrie vieillissante, amenée à disparaitre, ni dans celui d'une entreprise française moribonde ne sachant pas gagner des parts de marché sur ses concurrents.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le problème; c'est que les contrats gagnés à l'étranger ne rapportent pas d'emplois en France, car le matériel est produit dans les pays où ils sont gagnés.

Une préoccupation financière

Alstom va bien. Mais son PDG s'est fixé comme objectif de faire passer sa marge opérationnelle de 5 à 7% en 2020. Ce n'est pas outrancier. On n'est pas dans le cas de l'entreprise qui cherche coûte que coûte une rentabilité à deux chiffres. Mais pour atteindre cet objectif, Alstom doit réduire ses coûts.

Fermer le site de Belfort est une décision guidée par cette préoccupation qui est essentiellement financière. Pour attirer des actionnaires, il faut leur promettre que l'argent investi dans Alstom fera plus de "petits" que chez les concurrents.

Un sujet politique

L'autre dimension de ce sujet est politique. Alstom est une entreprise dont le sort a préoccupé les politiques depuis toujours. Ci dessous deux vidéos, et en lien, un résumé de France 3 sur le sujet.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour Belfort, l'annonce de la fermeture de l'usine Alstom est bien sûr un désastre, sur le plan économique et symbolique.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Mais, aucun licenciement n'est prévu (dans l'immédiat en tout cas), et l'usine de Belfort n'est pas délocalisée dans un pays à bas cout, mais dans une autre usine du groupe, en France, en Alsace, à 200 kilomêtres. Et pourtant, à lire les réactions du gouvernement à la gauche de la gauche, en passant par les Républicains et l'extrème droite, c'est comme si Alstom avait mis la clefs sous la porte pour s'installer définitivement à l'étranger. La palme de la mauvaise foi, revenant de loin aux membres du gouvernement.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le gouvernement ne pouvait pas ne pas savoir...

Bercy a convoqué le PDG d'Alstom pour lui faire part, je cite le communiqué de presse: "de leur incompréhension du caractère soudain et non concerté de cette annonce". S'indigner sur la forme, c'est bien la seule chose que le gouvernement puisse faire, car sur le fond, il ne peut pas dire qu'il découvre le sujet.

L'Etat est l'actionnaire principal d'Alstom. Il détient plus de 20% de son capital, autant de droits de vote... Ses représentants participent aux conseils d'administration, théoriquement ils lisent les rapports annuels.

Dans le dernier, on voit clairement qu'Alstom a passé des provisions à hauteur de 138 millions d'euros, et c'est écrit page 63:

Au 31 mars 2016, les charges de restructuration et coûts de rationalisation, à hauteur de € -138 millions proviennent principalement : des départs de personnel annoncés, principalement en Europe ; des rationalisations de structures et programmes de compétitivité ; des changements dans la stratégie géographique pour adapter la présence du Groupe à l’évolution du marché (notamment en Russie).

Il n'y avait pas écrit noir sur blanc "le site de Belfort va fermer", mais un syndicaliste me disait hier, que depuis des années, on sait que la charge de travail de cette usine est au plus bas. En 2016, l'usine de Belfort va sortir 20 à 25 locomotives. Il y a quelques années en charge pleine, elle en produisait 100 à 150.

Impossible que l'Etat actionnaire ne soit pas au courant. Les syndicats avaient d'ailleurs alerté le ministre de l'industrie et le secrétaire d'Etat au transport avant l'été à ce sujet.

L'Etat est aussi responsable..

L'Etat n'est pas seulement actionnaire d'Alstom, il est aussi client et payeur, via la SNCF, et les régions. Il y a un lien direct entre la politique menée par le gouvernement et les difficultés d'Alstom. Pour ne prendre qu'une illustration. En 2009, Alstom a signé un contrat avec la SNCF pour 1000 trains régionaux. On a même appelé cela : le contrat du siècle.

Sept ans plus tard, vous savez combien Alstom en a livré? A peine 100. Et vous savez pourquoi si peu? Parce que les Régions, qui participent au financement de ses trains, disent: "On n'a plus de sous... on attend un peu". Et pourquoi les Régions n'ont plus de sous? Parce que l'Etat est engagé dans un programme de réduction des dépenses publiques, qui exige des Régions qu'elles limitent leurs dépenses. La boucle est bouclée.

Que le gouvernement réduisent les dépenses de l'Etat, c'est son droit... mais qu'il ne s'étonne pas ensuite des répercussions que cela peut avoir, sur Alstom ou d'autres. C'est un choix politique, à lui de l'assumer, plutôt que de convoquer et de s'insurger.

Chroniques
7H15
6 min
La Question du jour
Le vin bio est-il la solution ?
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......