LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
A. Merkel, D. Cameron F. Hollande lors d'un conseil européen sur l'immigration

Brexit : In is In, Out c'est quand ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Angela Merkel, François Hollande et Matteo Renzi se retrouvent aujourd'hui à Berlin pour discuter des conséquences d'un Brexit. Au menu, des discussions sur la procédure qui s'engage, faut-il aller vite? Temporiser? That is the question.

A. Merkel, D. Cameron F. Hollande lors d'un conseil européen sur l'immigration
A. Merkel, D. Cameron F. Hollande lors d'un conseil européen sur l'immigration Crédits : François Lenoir - Reuters

C'est une des questions dont vont discuter aujourd'hui Angela Merkel, François Hollande et Matteo Renzi à Berlin. On sait déjà que la chancelière allemande est pour prendre le temps. Ce fut le sens de sa première déclaration vendredi, "il ne faut pas prendre de décision trop rapide, évaluer la situation avec calme et retenue".

A contrario, les présidents de la Commission européenne et du Parlement européen, Jean Claude Juncker et Martin Shultz attendent du gouvernement britannique qu'il fasse sa demande officielle de divorce le plus tôt possible.

"Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement britannique a besoin d'attendre jusqu'au mois d'octobre pour décider si oui ou non il envoie la lettre de divorce à Bruxelles. J'aimerais l'avoir immédiatement", a déclaré Jean-Claude Juncker.

Mais cela ne semble pas être la volonté de David Cameron et de ses possibles successeurs, qui visiblement veulent prendre le temps.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

François Hollande, lui, ne s'est pas réellement prononcé sur la vitesse à laquelle la procédure de séparation devrait être enclenché. Il s'est jusqu'à maintenant attaché à parler de l'Europe, de son projet, son avenir. "Le départ du Royaume Uni doit être organisé comme il convient" a-t-il dit, ce qui laisse la porte ouverte à beaucoup de choses.

Pour l'économie, aller vite ou prendre son temps?

Toutes les entreprises qui travaillent à l'international, et en particulier avec le Royaume Uni avaient travaillé sur l'hypothèse du Brexit, mais ce n'était encore qu'une hypothèse, un scénario possible. Clairement ce n'était pas le scénario dominant.

Le Royaume Uni est un partenaire essentiel pour diverses fillières, notamment l'aéronautique. Les ailes des Airbus sont faites outre-manche. En tant que membre de l'UE, les entreprises britanniques de ce secteur bénéficient d'aides de recherche et développement. C'est donc toute une organisation qui est à repenser, et on comprend que la précipitation ne soit pas bonne conseillère.

Même chose dans l'automobile, certaines pièces qui entrent dans la composition des voitures allemandes sont fabriquées au Royaume Uni, Nissan le partenaire de Renault y assemble un demi million de véhicules par an.

L'accès ouvert et gratuit au marché européen est critique pour toutes ses industries, mais aussi pour la chimie, l'agroalimentaire, le luxe, et toutes les entreprises ont besoin de revoir leur plan à l'aune du Brexit, y compris les entreprises continentales. En France, les exportateurs de vins sont inquiets à juste titre car le Royaume Uni est l'un de leur principal débouché à l'export.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Prendre le temps de recenser toutes ces interdépendances, les chaines de production, les stratégies est raisonnable, mais prendre le temps ne fait qu'allonger la période d'incertitude. Or l'incertitude retarde les décisions et les investissements, affole les marchés financiers, ce qui a déjà des conséquences sur les entreprises. Le cours de bourse de tous les constructeurs automobile Renault, PSA, Wolkswagen ont chuté de 10% vendredi dernier.

Le Fond monétaire international appelle à aller vite...

Aller vite, non pas pour divorcer, mais pour accorder ses violons en quelque sorte. "Les responsables britanniques et européens tiennent le niveau d'incertitude entre leurs mains", a dit Christine Lagarde la directrice du FMI, or selon elle, les déclarations des uns et des autres vont dans toutes les directions rapporte le Financial Times.

“We are hearing at the moment, and I’m not inventing it, different statements going a little bit in many directions.”

Garant de la stabilité financière internationale, le FMI est attentif aux réactions des marchés. Ces réactions ont été très fortes vendredi dernier on l'a vu, et ce n'est sans doute pas fini.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Maintenant que le Brexit est acté, le prochain risque sur les marchés financiers, c'est le risque de confusion à la tête de l'Union Européenne.

Avant de dire l'Europe qu'il faut à ceux qui partagent encore ce projet, les dirigeants allemands, italiens et français vont devoir rassurer les marchés financiers sur leur entente.

On dit souvent les politiques désarmés face aux marchés, là c'est eux qui tiennent le manche. Mais ils ont le couteau sous la gorge, ce qui n'est pas la position la plus simple pour réfléchir avec calme et retenue. Dommage qu'ils n'aient pas réfléchi avant.

Chroniques
6H50
9 min
Les Enjeux internationaux
Union européenne. Les conséquences du « Brexit » sur les rapports franco-allemands
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......