LE DIRECT
La représentativité des syndicats en débat

C'est l'heure de vérité pour les organisations syndicales

3 min
À retrouver dans l'émission

Leur représentativité effective sera rendue publique aujourd'hui

La représentativité des syndicats en débat
La représentativité des syndicats en débat Crédits : AFP

Le match s’annonce très serré entre les deux premières confédérations syndicales, le CGT et la CFDT. Avec 26 % des voix au dernier recensement, la CFDT avait talonné la Confédération Générale du Travail qui recule dans la plupart de ses bastions...On est loin des scores massifs qui se sont longtemps dirigés vers cette organisation qui a dominé le paysage syndical en France depuis plus d'un siècle. La CGT essaie par tout moyen de se maintenir à la première place. A côté, il y a une organisation qui joue sa survie, la CFTC, et une autre qui monte, l’UNSA. La CFE-CGC, elle, se maintenant, portée par l’élargissement des effectifs de l’encadrement…A l’évidence, le plus difficile, c’est pour la centrale d'inspiration chrétienne, dominée par une CFDT en progression régulière.
Pour les organisations syndicales, ce qui compte c’est la place qu’elles occupent les unes par rapport aux autres, car c’est en fonction de leur positionnement quelles auront ou pas le pouvoir de signature d’accords…Et au-delà, ce qui se joue, ce sont les mandats au titre du paritarisme...Le drame pour un syndicat c’est de ne plus pouvoir ni signer ni siéger dans des instances représentatives, autant dire exister sans pouvoir vraiment compter. Pour compter aujourd’hui dans le paysage syndical, la carte maîtresse, c’est le réformisme.

C’est en tout cas une stratégie qui a été payante au vu des résultats engrangés par les syndicats qui s’en réclament…C’est aussi le but qu’ont poursuivi, implicitement, les gouvernements depuis la réforme de la représentativité de 2008 qui oblige à une représentativité effective, puis avec la tentative de faire basculer, avec la Loi Travail, la négociation sociale vers des accords d'entreprises. L'idée étant de sortir de l’éclatement syndical, de la dispersion des positions et et des blocages qui en résultent afin de favoriser un modèle binaire : un pôle réformiste capable de contrebalancer un pôle contestataire.

Chroniques

7H15
6 min

La Question du jour

Election présidentielle : "L'abstention inavouée peut faire gagner Marine Le Pen"
L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......