LE DIRECT
Le cours de cacao s'effondre en ce moment sur les bourses de Londres et New York, mais les producteurs en échange équitable restent payés un prix fixe.

Commerce équitable partout mais juste nulle part (ou presque)

3 min
À retrouver dans l'émission

Chocolat, café, mais aussi roses, vêtements, cosmétiques... la liste des produits équitables ne cesse de grossir, de même que le chiffre d'affaire de ce secteur apparu il y a 20 ans. Le marché est en pleine croissance, pèse encore très peu, mais espoir? Donald Trump aussi défend le Fair Trade.

Le cours de cacao s'effondre en ce moment sur les bourses de Londres et New York, mais les producteurs en échange équitable restent payés un prix fixe.
Le cours de cacao s'effondre en ce moment sur les bourses de Londres et New York, mais les producteurs en échange équitable restent payés un prix fixe. Crédits : LEGNAN KOULA - Maxppp

Ce matin, je vais vous donner mauvaise conscience. Il est question de chocolat pour commencer ce billet...

De chocolat, oui.. les Français en consomment en moyenne 7 kilos par an. On a fait un rapide calcul ce matin dans la salle de rédaction, cela fait deux carrés de chocolat par jour. Mais sur ces 7 kilos, seulement 20 grammes, et c'est là que je vais vous donner mauvaise conscience, c'est à dire deux carrés encore sont chocolat équitable.

Les premiers produits équitables sont apparus dans les supermarchés en 1997. Le 13 mai s'ouvre une quinzaine du commerce équitable: conférences-débats, rencontres avec des producteurs, projections de films… des événements sont prévus dans une dizaine de grandes ville de France.

L'occasion de faire un bilan de 20 ans de commerce équitable en France...

Pour être équitable, un produit doit être labellisé, il existe 9 organismes certificateurs en France. Tous n'ont pas les mêmes critères, le pourcentage de matière première équitables dans le produits fini pour être certifié n'est pas le même partout notamment, mais tous ces certificateurs partagent les engagements du commerce équitable défini en 2001 par une plateforme d'acteurs internationaux:

"Le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l’objectif est de parvenir à une plus grande équité dans le commerce mondial. Il contribue au développement durable en offrant de meilleures conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés, tout particulièrement au Sud de la planète. Les organisations du commerce équitable (soutenues par les consommateurs) s’engagent activement à soutenir les producteurs, à sensibiliser l'opinion et à mener campagne en faveur de changements dans les règles et pratiques du commerce international conventionnel." En résumé: dialogue, transparence, respect, meilleures conditions d'échange et garantie des droits des producteurs.

Si je reviens au chocolat, vous avez en ce moment une surproduction de cacao, et les cours à la bourse de New York et de Londres se sont effondrés. La tonne s'échange autour de 1900 dollars, un plus bas depuis quasiment 10 ans. Le producteur de cacao qui est dans l'échange équitable vendra lui sa production a un prix fixe qui reste au dessus de ce cours.

Un marché en plein essor...

Pour le moment, le commerce équitable reste à 91% un marché alimentaire. Café, chocolat, banane... mais dernièrement vous aurez vu apparaitre des roses équitables, des crèmes de jour équitables, des vêtements équitables, des voyages équitable... La plateforme du commerce équitable qui regroupe les acteurs français du secteur estime à 660 millions d'euros ce marché en 2016, un marché qui a grossit de 17% en un an. De 2012 à 2015, la croissance est même de 72%.

Cela s'explique parce qu'il y a un engouement pour la consommation dite responsable, mais aussi parce que la loi sur l'économie sociale et solidaire de 2014 a fait entrer le commerce Nord-Nord dans le champ du commerce équitable. Ceux qui produisent des denrées dont les prix s'effondrent (lait saucisse jambon... ) se tournent de plus en plus vers ce segment de commerce. Le commerce équitable Nord Nord représente maintenant 10% du total.

Les chiffres de croissance peuvent paraitre impressionnant,s mais c'est parce qu'on est sur des volumes très petits. En moyenne, un français dépense 10 euros pour le commerce équitable par an, loin derrière la Suisse 60 euros, l'Angleterre et la Suède, 31 euros, l'Allemagne 12 euros mais bien devant l'Espagne où le panier moyen par habitant est inférieur à 1 euros. En moyenne les produits équitables coûtent 10% plus chers, mais parfois bien plus, il faut donc pouvoir se le permettre.

Donald Trump est pour le Fair trade

L'un des plus grand défenseur du commerce équitable est... Donald Trump.. et je le dis sans ironie.

Equitable en anglais se dit FAIR, et FAIR est un mot qu'a surexploité Donald Trump pendant sa campagne.

"Free trade has to be fair trade". "Le libre échange doit être équitable" n'a-t-il eu cesse de dire pour condamner les délocalisations vers le Mexique.

Sans angélisme sur les réelles motivations du président Américain, ses appels au FAIR TRADE, commerce équitable partout élargissent considérablement la définition de ce qui est équitable ou pas:

  • les salaires trop faibles, inéquitables,
  • les aides publiques aux entreprises, inéquitables,
  • l'écart de législation sur les brevets, inéquitable...
  • la manipulation de monnaie, inéquitable.

On passe donc à un stade plus systémique que l'achat d'une boite de café.

Au point même que les rassemblements internationaux du type G7 se mettent eux aussi à utiliser la notion de libre échange équitable. Les conditions de travail des producteurs ne sont pas encore au centre des préoccupations, ni la remise en cause des mécanismes de marchés qui permettent la spéculation sur les matières premières, mais au moins le mot FAIR, JUSTE, EQUITABLE fait son entrée dans ces cénacles. Nommer, c'est déjà faire exister.

Marie Viennot

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......