LE DIRECT
Janet Yellen avant son audition devant les députés américains

Finance/Economie réelle : les nouvelles déconnexions

3 min
À retrouver dans l'émission

La déconnexion entre l'économie réelle et la finance est une réalité ancienne, qui est en train de muter depuis la crise financière. Analyse.

Janet Yellen avant son audition devant les députés américains
Janet Yellen avant son audition devant les députés américains Crédits : Gary Cameron - Reuters

La déconnexion entre l'économie réelle et la finance est un thème permanent sur lequel il faut avoir un nouveau regard. A l'appui de ces dires, il y a l'audition de Janet Yellen, la présidente de la Fed la banque centrale américaine devant les députés de la commission des finances.

Normalement, une banque centrale fait justement le lien entre la finance et l'économie réelle. Elle pilote la politique monétaire, les taux d'intérêt c'est à dire le prix de l'argent, pour envoyer les bons signaux à la sphère financière, celle-ci ayant pour fonction de financer l'économie réelle.

Une partie de la finance n'a plus ce but, clairement on le sait, elle fonctionne de façon autonome, et utilise les produits financiers, créés au départ pour l'économie réelle, dans le seul but de faire de l'argent. Je pense aux produits dérivés, notamment, qui à la base permettaient aux entreprises, ou aux agriculteurs de se protéger contre les aléas des taux de change ou du climat, et sont aujourd'hui majoritairement des produits financiers pour spéculer. Cette déconnexion là est connue, renseignée, déjà dénoncée, je n'y reviens pas.

La déconnexion, nouvelle qui est apparue depuis la crise, entre l'économie réelle et la finance, se place à un niveau supérieur.

La politique accommodante des banques centrales...

Avec la crise financière, les banques centrales, (et c'est la fed américaine qui a commencé), ont pratiqué des politiques hors normes, non orthodoxes, comme on dit. Cela a consisté à déverser des milliards et des milliards de dollars et d'euros dans la sphère financière, pour que stressée qu'elle était par la crise, elle ne s'arrête surtout pas de fonctionner (pour elle même certes), mais aussi à la marge pour l'économie réelle. Le problème c'est que c'est trop à la marge. L'argent ne passe pas bien (ou si peu) d'une sphère à l'autre. D'où une déconnexion nouvelle et bien plus choquante entre un monde financier, qui a trop d'argent et souffre de ne pas savoir où le placer, et un monde réel, dans lequel on ne parle que réduction de coût et austérité.

Réussite ou pas?

Ces politiques accommodantes sont-elles une réussite ou pas? C'est la grande question. Si on prend les Etats Unis, le chômage est revenu à un niveau très faible (5 à 6%). Mais comme l'a rappelé un député noir hier à Janet Yellen, pour les afro-américains entre 17 et 37 ans, le taux de chômage taquine les 36%. Déconnexion, de la macro-économie et de la micro-économie, qui n'est pas nouvelle non plus, mais à laquelle la présidente de la Fed n'a pu apporter qu'une tiède réponse. Comment va l'économie réelle? C'est la question qui taraude en ce moment les marchés financiers. Ils ont été euphoriques,sur les bourses notamment, et ce qu'ils vivent en ce moment c'est une reconnexion avec le monde réel. Un atterrissage, pour reprendre le terme utilisé pour l'économie chinoise.

Sauf qu'aujourd'hui on un autre problème, c'est que cette courroie de transmission entre la finance et le réel est cassée plus seulement sur le plan économique, mais aussi au stade du discours.

Ce fût patent lors de l'audition de Janet yellen devant les députés américains. La présidente de la fed est dans la maison des représentants du peuple, mais elle sait que ce n'est pas à eux qu'elle parle. Dans le contexte actuel, les marchés financiers ont les yeux braqués sur elle et elle le sait. Alors que fait elle? Elle souffle le chaud et le froid, comme on dit, c'est à dire qu'elle parle en essayant de donner le moins d'indication possible sur ses intentions. Son discours est paralysé par la crainte de ce qu'il pourrait produire. Les analystes des marchés financiers, eux, cherchent à savoir si oui ou non elle va de nouveau augmenter les taux d'intérêt en mars. Il existe même un indice qui mesure cette probabilité, comme l'illustre ce tweet d'une consœur des Echos. 

A la sortie des 3h30 d'audition de Janet Yellen, les marchés financiers ne sont ni paniqués, ni rassurés, elle a réussi son coup. Les représentants du peuple américain eux, le peuple réel en quelque sorte ne sauront pas plus clairement où en est l'économie américaine et ce que compte faire la Fed dans les mois qui viennent. C'était le but de Janet Yellen, mais c'est aussi contre productif, car à force plus personne ne sait s'il y a des raisons ou pas d'être inquiet. La déconnexion avec le réel se porte dorénavant aussi à ce niveau là. 

Vous trouverez ici un excellent live blog sur la prestation de Janet Yellen, avec beaucoup de tweets satyriques, notamment celui ci. 

Chroniques

6H50
8 min

Les Enjeux internationaux

Défense. Les budgets européens peuvent-ils être réduits en permanence ?
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......