LE DIRECT
A Paris, le 8 juin 2020. Le commerce a perdu 54 milliards d'euros de chiffre d'affaires pendant le confinement.

Covid-19 : un plan de relance pour le commerce et l'artisanat afin d'éviter "le premier plan social de France"

3 min
À retrouver dans l'émission

Bercy entame les consultations cette semaine en vue d'élaborer un plan de relance pour le commerce, l'artisanat et les indépendants, qui sera présenté en juillet. Le commerce a été particulièrement touché par le confinement, avec une perte de chiffre d’affaires de 54 milliards d’euros.

A Paris, le 8 juin 2020. Le commerce a perdu 54 milliards d'euros de chiffre d'affaires pendant le confinement.
A Paris, le 8 juin 2020. Le commerce a perdu 54 milliards d'euros de chiffre d'affaires pendant le confinement. Crédits : Alain Jocard - AFP

Un plan pour relancer le commerce et l'artisanat sera présenté en juillet. Une demande d'Emmanuel Macron pour éviter ce qui pourrait devenir "le premier plan social de France". 

Il faut dire que le confinement a aggravé la situation du secteur du commerce, déjà sorti fragilisé de deux épisodes précédents : la crise des gilets jaunes et les manifestations contre la réforme des retraites. Ainsi quand la crise sanitaire est arrivée, près de la moitié des commerçants (47 %) avaient déjà vu leur chiffre d’affaires baisser sur les 6 derniers mois,selon une enquête réalisée fin mars par la Confédération des commerçants de France. 

Pendant la période de fermeture administrative des commerces non essentiels, le secteur a perdu 54 milliards d'euros de chiffre d'affaires. En avril, c’est celui qui avait le plus sollicité la médiation du crédit, avec 25 % de dossiers éligibles. 

Alors le commerce a bénéficié des aides d’urgence mises en place par Bercy : les reports de charges, et le fonds de solidarité notamment. Fin mai, il était ainsi premier secteur à avoir perçu une aide de ce fonds réservé aux TPE (577 millions d’euros versés à 250 000 entreprises). 

Une tendance globale qui cache des problématiques individuelles qui peuvent se révéler dramatiques, des entreprises essuyant des refus, car dépassant de peu les plafonds ou n’entrant pas totalement dans les critères fixés. Sans compter ceux qui n'ont pas été bien aiguillés et ont donc loupé le coche.    

En tous cas, il faut maintenant préparer l’étape d’après : la relance. Avec donc un plan spécifique touchant le commerce, mais aussi l’artisanat et plus largement les indépendants. Il y a une quinzaine de jours, Emmanuel Macron a demandé aux ministres Bruno le Maire et Agnès Pannier-Runacher de lui faire des propositions en ce sens. Les consultations viennent tout juste de commencer à Bercy, pour des annonces prévues début juillet, juste après le second tour des municipales. 

Ce qu'il y a dans les cartons

On sait déjà qu’il y aura volet numérique. L’enjeu c’est de permettre aux commerçants de faire d’avantage de livraison à domicile, ou de “click and collect” (on commande en ligne et on vient chercher le produit sur le point de vente). Des modes de distribution qui se sont développé avec la crise sanitaire, mais ce sont plutôt les géants du numérique comme Amazon qui ont capté des parts de marché. 

"Nos adhérents sont en demande de formations sur le numérique et d’investissements en la matière", souligne Alain Griset, président de l’U2P, qui représente les indépendants.  

Dans une tribune qui sera publiée cette semaine et dont nous avons eu connaissance, le président de la CPME Ile de France, le patron de Rakuten France et la directrice générale d’Ebay France, proposent un "New Deal pour le commerce", via notamment un crédit d’impôt dédié à la transformation numérique.  

La Fédération du commerce et de la distribution propose, elle, la mise en place d’un fond d’investissement permettant aux commerces de se regrouper et de lancer des sites Internet locaux, pour concurrencer les grandes plate-formes. "Le magasin tout seul est un schéma qui a de moins en moins d’avenir. Mais cela suppose de gros investissements en technologie. »" souligne son président Jacques Creyssel, dans les colonnes du Monde.

Alors ce plan comportera aussi bien sûr des mesures financières. Pour l’instant, les différentes organisations professionnelles font part de leurs propositions à Bercy. L’U2P a ainsi identifié 14 priorités pour la reprise : la pérennisation du fonds de solidarité, l’allongement de la durée de remboursement des prêts garantis par l’Etat ou encore l’allègement du coût des heures supplémentaires. 

Part-on de zéro ? 

Pas tout à fait. En octobre dernier, Bercy avait présenté une stratégie nationale pour l’artisanat et le commerce de proximité, et ses 2 millions d’entreprises. 

C’était passé un peu inaperçu il faut le dire et les pouvoirs publics pourraient à nouveau piocher dans cette boîte à idées. Une stratégie qui défendait déjà l’idée de transformation numérique, mais aussi écologique.  Ce dernier point devrait d’ailleurs être également un axe du plan de relance du commerce et de l’artisanat. 

Alors que les arbitrages ne sont pas encore rendus, chacun avance ses idées, l'objectif étant aussi bien sûr de relancer la consommation, qui n’est pas encore revenue à son niveau d’avant confinement. 

Les Français ont épargné 60 milliards d’euros pendant cette période ! Tout l’enjeu pour les commerçants c'est donc de faire revenir une partie de cette manne vers l’achat de biens et services et l’Etat a aussi son rôle à jouer. 

Baisser la TVA ? C'est non a déjà dit Bruno le Maire à plusieurs reprises. Le ministre de l'économie s'est en revanche montré favorable à des solutions pour doper le pouvoir d’achat des plus modestes. Cela pourrait passer par des éco-chèques, une proposition du Medef. Ces chèques verts, financés par l'Etat, permettraient d’acheter de l’électroménager à faible consommation d’énergie, des produits et services pour l’isolation des logements, ou encore des produits recyclés. De quoi combiner reprise économique et transition écologique. 

L'équipe
Journaliste

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......