LE DIRECT
Manifestation à l'appel des syndicats de l'éducation nationale du 27 mars devant le rectorat à Cayenne.

La Guyane : un territoire à développer

4 min
À retrouver dans l'émission

La crise sociale en Guyane est le résultat "d'une longue dégradation" dans un territoire "jamais considéré comme à développer" et où la République "arrive toujours en différé" expliquent économistes et observateurs. Le billet éco par Annabelle Grelier.

Manifestation à l'appel des syndicats de l'éducation nationale du 27 mars devant le rectorat à Cayenne.
Manifestation à l'appel des syndicats de l'éducation nationale du 27 mars devant le rectorat à Cayenne. Crédits : jody amiet / AFP - AFP

"Journée morte" aujourd'hui en Guyane sur fond de "grève générale illimitée". Des marches seront organisées , ce sont les premières démonstration de rue au delà des barrages organisés depuis la semaine dernière alors que le Premier ministre Bernard Cazeneuve a annoncé la venue de ministres "avant la fin de semaine".

Oui , la Guyane est en colère. Le collectif "Pou la Gwiyann dékolé", très majoritaire, a édifié une plateforme de revendications communes, de la construction d'écoles à l'intensification de la lutte contre l'orpaillage, en passant par le paiement des arriérés aux fournisseurs de l'hôpital de Cayenne...Une enveloppe d'urgence de "60 millions d'euros supplémentaires" a été annoncée pour ce centre hospitalier fortement endetté.

"La première priorité, c'est la lutte contre l'insécurité, le renforcement des moyens", a toutefois déclaré le président François Hollande depuis Singapour. Le Premier ministre a annoncé notamment qu'un "centre pénitentiaire et un tribunal de grande instance" seraient "construits à Saint-Laurent-du-Maroni".

"On a l'impression que le gouvernement ne perçoit pas le ras-le-bol de la population", dont "encore 30% n'a pas accès à l'eau potable ou à l'électricité", déplore le sénateur PS de Guyane, Antoine Karam dans les médias de la métropole.

"En France, l'image de la Guyane se résume à la délinquance, mais il n'y a pas que cela. Le plus important, c'est le chômage", regrettent les manifestants pestant contre l'absence de "réalisations" de "la droite comme de la gauche". "Pour l'instant, les réponses de la délégation sont plus sur la santé, la sécurité. Nous, on veut un plan de développement et pas des mesurettes", a déclaré un porte-parole syndical.

La campagne présidentielle pour se faire entendre

Oui mais cette fois les guyanais ne semblent pas disposés à accepter que l'on règle leurs problèmes comme cela se fait d'habitude , c'est à dire à coup de plans d'urgence , à coup de millions qui ne sont que des rustines dans une économie laissée à l'abandon alors que la Guyane à un potentiel économique considérable. Ilyès Zouari dans la revue Population Avenir en dresse une analyse intéressante. La Guyane offre un important potentiel de développement estime t il. Elle est déjà connue, depuis longtemps, pour sa production aurifère (2 à 3 tonnes par an, hors production clandestine), et elle pourrait également produire à l’avenir du pétrole en offshore. Une autre richesse essentielle tient à son potentiel agricole. D’ailleurs, dans les pays voisins le Surinam et la région brésilienne de l’Amapa, eux aussi recouverts à près de 90 % par la forêt amazonienne et connaissant des conditions climatiques quasi identiques, sont devenus d’assez importants producteurs agricoles. Pourtant, l’agriculture guyanaise demeure presque négligeable. La surface agricole utilisée (SAU) n’y représente que 0,26 % de la superficie totale, soit seulement près de 23 000 ha, contre 0,51 % pour le Suriname (83 000 ha). Son étendue est même inférieure à celle de la Guadeloupe et de la Martinique, pourtant respectivement 53 et 77 fois plus petites. L’analyse de la production agricole par branche démontre ainsi des écarts considérables : à titre d’exemple, la Guyane n’a produit en 2012 que 2 000 t de riz contre plus de 224 000 pour le Suriname , même chose pour la canne canne à sucre , destinées uniquement à la production de rhum, faute d’usine sucrière. La production de bananes est, elle aussi, marginale, alors qu’elle est en plein essor en Amapa. La situation agricole de la Guyane est d’autant plus affligeante que les différentes productions agricoles sont soit stagnantes, soit en baisse. Même chose pour le secteur de la pêche, en difficulté malgré une zone maritime de plus de 130 000 km2.

Kourou, une chance ?

La base de Kourou, une véritable "colonie" dans le territoire avec une technologie avancée, des ingénieurs, qui ne profite pratiquement pas aux Guyanais" constatent les observateurs. Le spatial représente 85 % des exportations de biens et de service de la Guyane et c'est finalement la proximité par rapport à l'Equateur et à l'orbite géostationnaire qui semble être le seul atout du territoire à être exploité. Pourtant, il y a de nombreuses activités a développer autour de la base aérospatiale, ne serait ce que le tourisme à l'image du centre spatiale Cap Canaveral qui est aujourd'hui une importante destination touristique alors que l'essentiel des déplacements et séjour sur la Guyane sont pour des raisons professionnelles. Il est désormais temps que la France change d'attitude avec ses Dom Tom, qu'elle les considère plus comme une chance , une opportunité de développement qu'une charge ou simplement des positions géostratégiques.

Chroniques

7H15
5 min

La Question du jour

Russie : "démocrature" ou dictature ?
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......