LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les entrées en stage ont progressé de 1,9 % en 2016

L'apprentissage regagne du terrain en France

3 min
À retrouver dans l'émission

Un réseau de grandes entreprises, baptisé GAN, veut l'encourager par un échange de "bonnes pratiques".

Les entrées en stage ont progressé de 1,9 % en 2016
Les entrées en stage ont progressé de 1,9 % en 2016 Crédits : Alexandre Marchi - Maxppp

De grandes entreprises viennent de constituer un réseau d'échanges de bonnes pratiques, baptisé GAN, pour favoriser l’apprentissage. Elles viennent de le faire au moment où les entrées en apprentissage regagnent du terrain. Avec une progression qui frôle les 2 %, ce n'est pas négligeable. Et cela au moment où les entreprises recrutent davantage, mais alors que des secteurs peinent toujours à trouver les qualifications nécessaires. Pas seulement dans les secteurs traditionnels de la restauration à la coiffure en passant par le bâtiment, mais aussi dans l’aéronautique par exemple où les métiers de soudure et de chaudronnerie sont indispensable. Dans l’aéronautique où le respect des délais de livraison est impératif, il est aussi nécessaire d’avoir des ingénieurs et des techniciens qualifiés que des professionnels spécialisés dans des travaux plus manuels. Comme ce secteur tourne à plein régime, il ne peut pas se satisfaire d’un manque de main d’œuvre sur une partie de sa chaîne de fabrication.

Pallier les déficits de personnels sur certains segments de la production, c'est le but de ce réseau de grandes entreprises, baptisé GAN (Global Apprenticeship Network) qui est soutenu par l'organisation internationale du travail. Ainsi, les grandes entreprises sonnent la mobilisation en direction de l’apprentissage.

Depuis l’an dernier ce sont les entreprises de plus de 5O salariés qui ont nettement gonflé leurs recrutements d’apprentis, avec une progression de plus de 4% ...Et une préférence qui s’affiche de plus en plus en faveur de l’alternance.

les contrats d'alternance de plus en plus pratiqués en entreprise
les contrats d'alternance de plus en plus pratiqués en entreprise Crédits : Dares - Visactu

L’intérêt pour les entreprises, on le connaît : disposer d’apprentis aguerris à son mode de fonctionnement, plus souvent employables en fin d’apprentissage. Le problème, c’est le coût de l’alternance: autour de 8000 euros en moyenne par année dans l’industrie. L’alternance ne profite pas à tous les secteurs : en revanche elle est de plus en plus pratiquée dans les banques et les assurances. On y compte plus de 14 000 contrats à l’année, presque autant qu’un secteur qui ne désemplit pas : l’informatique, lequel forme quelque 14 000 jeunes par an sur le mode de l’alternance….

On compte davantage d'apprentis dans les banques et l’informatique, mais à la condition d’arriver avec un niveau d’études plus élevé…C’est un fait que, d’après les chiffres du ministère du travail, un apprenti sur 2 était, l’an passé, bachelier…Baisse en revanche des entrées des niveaux CAP ou brevet professionnel. On observe une montée des qualifications qui va de pair avec un apprentissage qui grossit à vue d’œil dans les services. Le profil de l'apprenti de niveau Bac 2 tend à se banaliser, et cela les universités comme les grandes écoles l’ont bien compris, qui forment en plus des ingénieurs en apprentissage, avec toute une méthodologie pour suivre mois par mois les apprentis. Un apprentissage haut de gamme tend à se généraliser, et c’est sa montée en puissance qui explique sans doute que, après des années de crise, on assiste enfin à une reprise de l’apprentissage en France . Il en sera question dans quelques semaines avec la réforme attendue de la formation professionnelle.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......