LE DIRECT
Si le climat des affaires a un peu fléchi, il reste favorable dans l'industrie et les services.

Un pic d'optimisme a t-il été atteint chez les chefs d'entreprise ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Des signes d'essoufflement se font jour dans une conjoncture qui reste favorable.

Si le climat des affaires a un peu fléchi, il reste favorable dans l'industrie et les services.
Si le climat des affaires a un peu fléchi, il reste favorable dans l'industrie et les services. Crédits : Christian Zachariasen - Maxppp

L’optimisme retrouvé pour une majorité de dirigeants et responsables en entreprise a-t-il atteint un pic ? C’est ce que semble indiquer une série d’indicateurs, notamment dans l’industrie  et le commerce.

Ce qui revient à évoquer le climat conjoncturel : il reste très favorable, mais il mollit un peu note l’Insee dans sa dernière enquête: il recule d’un point au cours de ce mois, après deux autres en février. Cela concerne la plupart des secteurs, informatique et commerce de détail compris;  au mieux c’est la stabilité qui  domine.  De prime abord, ça laisse penser qu’on a peut-être atteint un pic d’optimisme : après plusieurs années de hausse quasi continue…Sur l’échelle des affaires, l’indicateur de confiance, qui était passé à 114, au maximum depuis 17 ans,  repasse en-dessous.   

Y-a-t-il des signes de ralentissement qui pourraient l’expliquer ? 

l y a des signaux comme dans le bâtiment …On a bien entendu que le secteur, qui avait subi de plein fouet le contrechoc de 2008 avait enfin récupéré et était bien reparti depuis ces dernières années. Mais la fédération du bâtiment alerte sur un retournement en cours sur des ventes de logements des promoteurs dans le privé, chez les constructeurs de maisons individuelles également, et moins de logements sociaux en perspective…Jusqu’au marché de la rénovation qui marquerait le pas. Avec l’augmentation des couts des matériaux, des entrepreneurs commenceraient à faire grise mine. 

Mais un seul secteur ne suffit pas à inverser la tendance de l’activité économique… 

Sauf que le bâtiment joue toujours une fonction de baromètre de l’activité générale. Maintenant, c’est sur les mois à venir que l’on verra si d’autres signaux l’emportent : l’Insee table sur une consommation  modérée, en demi-teinte jusqu’à l’été, des ménages investissant moins, ce qui jouerasur l'activité générale. En revanche, côté entreprises, en profitant des hausses de taux du CICE, le Crédit impôt compétitivité emploi, on devrait investir davantage, et l’investissement public renouerait aussi avec une croissance assez forte sous l’impulsion des chantiers du Grand Paris Express. 

Les paris restent donc ouverts entre ceux qui misent sur un essoufflement de l’activité et les autres. 

On peut le dire comme cela. Pour l’heure, l’avantage continue d’aller nettement vers ceux qui croient à une croissance sur la durée…Dans la catégorie des PME et des ETI, les entreprises de taille intermédiaire, la Banque Palatine, qui se revendique de cette clientèle, estime que même si les prévisions d’activité sont en légère baisse, c’est tout de même 10 points de mieux qu’il y a un an. Et d’après son observatoire, l’optimisme des dirigeants d’entreprise a bien atteint un niveau record en début d 'année... Ce qui est confirmé à travers les prévisions d’embauche : 28 % de chefs d’entreprise qui prévoient de les augmenter pour seulement 4 % qui envisagent de les réduire…Autrement dit le niveau le plus bas depuis 2011 d’après cette enquête. Cela va dans le sens de  la baisse annoncée du taux de chômage en France d'un demi-point,  avec des perspectives de créations d’emploi national de 113000 au premier semestre, selon l’Insee …A charge, bien sûr, de transformer ces intentions en créations effectives !

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......