LE DIRECT
La contrefaçon représente un manque à gagner de 6,8 milliards d'euros de manque à gagner pour les marques d'après EUIPO.

Comment la contrefaçon fait-elle perdre 60 milliards à l'Europe ?

2 min
À retrouver dans l'émission

Le commerce illicite est amplifié par les achats sur internet.

La contrefaçon représente un manque à gagner de 6,8 milliards d'euros de manque à gagner pour les marques d'après EUIPO.
La contrefaçon représente un manque à gagner de 6,8 milliards d'euros de manque à gagner pour les marques d'après EUIPO. Crédits : Thierry Roge - AFP

Les milliards de la contrefaçon : elle ferait perdre chaque année des sommes considérables aux Européens. C’est ce que confirme une étude de l'office de l'Union européenne pour la propriété intellectuelle. Ce sont aussi des recettes fiscales en moins pour les Etats et autant d’emplois perdus:  plus de 434 000 perdus sous l'effet des contrefaçons. L'intérêt de cette étude est de sortir des grandes fresques sur les dégâts du phénomène. Reprenez les bilans de la dernière décennie, vous voyez déjà surgir des chiffres impressionnants, par centaines de milliards dans le monde de la contrefaçon. Au fil des années, on voit  apparaître nettement deux pays qui tiennent le haut de l’affiche : la Chine pour le nombre de produits illicites dans le monde, à près de 80 % de saisies de produits contrefaits, et puis les Etats-Unis pour les pertes que cela représente à leur économie. Elles dépasseraient  les 225 milliards de dollars. C’est presque l’équivalent de la moitié du déficit commercial américain…Ce déficit honni par Donald Trump qui y voit la preuve que l’Amérique serait arnaquée. Il n’inclut pourtant pas les pertes financières dues à la la contrefaçon qui a pourtant pris des proportions  gigantesques.

On  dispose tout de même de données qui permettent d’identifier l’ampleur du problème à l’échelle européenne… 

Elles sont évaluées à 60 milliards d’euros les pertes qui en résultent pour 13 secteurs économiques. Pourquoi 13, parce que la contrefaçon est surtout concentrée sur un éventail caractérisé de produits. On parle souvent du marché de la contrefaçon pour les cigarettes. Il est important, près du tiers en volume, mais ceux  qui pèsent  le plus lourd, en valeur, ils sont issus des articles de maroquinerie, et des accessoires de mode, des montres, cosmétiques et pharmacie…Or ce marché illégal il se déplace de plus en plus  vers les jouets, les boissons, les pièces de rechanges, les pesticides…Il s’est universalisé…

Un marché dans lequel les jeunes n’ont pas trop de scrupules à entrer.

Ils sont plus de 4 sur dix  à estimer normal d’acheter des articles contrefaits. Leur argument, c’est le prix bas… qu’ils repèrent le plus souvent sur internet, lui-même devenu un grand vecteur de communication de produits contrefaits. Comme ils sont les plus nombreux et de loin à effectuer leurs achats sur internet, les jeunes  en deviennent aussi l’une des premières cibles sur les gammes de nouveaux produits.  Au bout du compte on voit que ce marché se porte bien. Il échappe d’autant plus souvent aux contrôles qu’entre le pays de fabrication et les pays destinataires, il existe fréquemment un pays tiers qui joue le rôle de faussaire en reconditionnant la marchandise et en modifiant l’étiquetage. Plus de 7 milliards de pertes estimées pour la France et au moins 26 000 emplois :

La contrefaçon, c’est moins cher, mais ça coûte énormément !

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......