LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
le groupe Coface détecte 5,7 % d'entreprises "zombies" en état de difficulté.

Il y a du mieux sur le carnet de santé des entreprises

2 min
À retrouver dans l'émission

Les défaillances en baisse, mais qui sont les "zombies" qui plombent la productivité ?

le groupe Coface détecte 5,7 % d'entreprises "zombies" en état de difficulté.
le groupe Coface détecte 5,7 % d'entreprises "zombies" en état de difficulté. Crédits : François Lafite - Maxppp

L’amélioration du climat économique est aussi perceptible à la lecture des courbes de défaillances des entreprises. C’est le principal enseignement d’une enquête réalisée par l’assureur-crédit  Coface. Après des années difficiles, le nombre d’entreprises défaillantes est retombée à son niveau d’avant-crise, avec moins de 54 000 entreprises défaillantes, c’est-à-dire son plus bas niveau depuis 2008. Et on continue sur cette lancée...On s’était habitué à des chiffres longtemps inquiétants. Rythmés par des annonces à répétition de faillites de sociétés, en se polarisant sur quelques enseignes connues..Alors que, dans le silence, nombre de petites entreprises en région mettaient la clé sous la porte…Cela étant, on avait bien perçu une amélioration dès 2015, et cette fois  on assiste à une décrue. C’est net. Dans tous les secteurs : A commencer par celui de la construction. Les permis de construire galopent à près de 9 %, les défaillances dégringolent…  L’automobile, avec des conditions de crédit très favorables, est sur la même pente, hormis les entreprises de taxis, pour cause de concurrence sur leur marché…Et à chaque fois on voit que la consommation y est pour beaucoup : ainsi dans les services aux particuliers qui se sont ressaisis depuis peu… Baisse sensible dans les salons de coiffure et soins de beauté. La restauration aussi s’est reprise, avec un bémol pour l’hôtellerie sous la pression  des formes alternatives d’hébergement. Et jusque dans l’agriculture les défaillances ont diminué, quand bien même  ce n’est pas uniforme selon les filières. 

Une amélioration qui est observée sur l'ensemble du territoire.

Dans toutes les régions, à l’exception de Provence-Alpes-Côte-d’Azur.  Et une baisse marquée...  La plus forte étant en Ile de France, là encore sous l’influence de la construction: pour près de moitié. En y ajoutant les activités liées à l’informatique, aux services aux entreprises, on explique les trois quarts de l’amélioration. En sachant que moins de défaillances, cela signifie des milliers d’emplois épargnés : 156 000 contre 210 000 au début de la décennie. Ce n’est pas négligeable. 

Le signe que les entreprises vont mieux, il s'en crée davantage, même si elles ne créent pas forcément beaucoup d'emplois

356 000 créations d’entreprises, sans compter les auto-entrepreneurs, c’est pas mal, à ceci près que la Coface a détecté une catégorie d’entreprises qui perdurent, mais qu’elle qualifie de zombies.  Des entreprises endettées et peu rentables. Certaines à la limites de la solvabilité, mais qui parviennent à tenir le choc. Pourquoi ? Parce que dans bien des cas, les banques préfèrent leur prêter à des taux très bas plutôt que d’essuyer des pertes dans leurs bilans. C’est en tout cas la lecture qu’en fait la Coface. Autrement dit, des canards boiteux qui ne survivraient qu'artificiellement. Des zombies - en fait des entreprises en difficulté-  qui tirent  la productivité à la baisse en captant des crédits qui pourraient  être alloués à d'autres plus vaillantes…De celles qui en auraient bien besoin au moment où les entreprises éprouvent des difficultés à répondre en temps et en heure à la demande.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......