LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La France devrait pouvoir convaincre Bruxelles de sa capacité à tenir son calendrier budgétaire.

Le gouvernement met une dernière main à la nouvelle trajectoire des finances publiques

2 min
À retrouver dans l'émission

Il espère convaincre la Commission européenne de la crédibilité de son programme.

La France devrait pouvoir convaincre Bruxelles de sa capacité à tenir son calendrier budgétaire.
La France devrait pouvoir convaincre Bruxelles de sa capacité à tenir son calendrier budgétaire. Crédits : Denis Meyer / Hans Lucas - AFP

La feuille de route budgétaire que le gouvernement s’apprête à présenter à la Commission européenne lui donne l’espoir de convaincre sur la crédibilité de ses réformes. D'après les dernières prévisions, La France est en train de tourner la page des déficits excessifs. Non sans mal, après des années d’effort sans résultats significatifs, elle vient déjà de passer à la fin 2017 sous la barre des 3 %, et avec un montant meilleur que prévu. Et devrait  l’améliorer encore cette année. Mais  ce qui compte, c’est la trajectoire financière : la capacité à aller jusqu’au bout des objectifs : ne plus produire de déficits. On en est pas encore là mais on s’en rapprocherait : le gouvernement table même sur un excédent…Oh léger mais tout de même un excédent à l'horizon  2022, à la fin du quinquennat…ce à quoi l’on a plus assisté depuis 1974 ! Evidemment, encore faudra-t-il que la croissance reste soutenue.

Pour l’instant, elle est suffisamment forte pour stimuler les rentrées fiscales qui regarnissent le budget de l’Etat.

Heureusement parce que du côté des dépenses publiques, quand on entend dire qu’elle baisse, c’est une demi-vérité : c’est en fait qu’elles progressent mais moins rapidement qu’auparavant…En fait les dépenses publiques ont augmenté de 2,5 %  si l'on tient compte de l'inflation !  C’est donc bien avant tout à la croissance, et les recettes fiscales consécutives,  que la France doit un recul de ses déficits. 

Comme les prévisions de croissance sont favorables, le gouvernement devrait pouvoir atteindre ses objectifs ?

A condition que l’environnement international reste favorable, que les marchés continuent de lui accorder leur confiant, lui permettant, au passage,  d’emprunter à des taux toujours très bas…Qu’elle réduise vraiment son endettement, ce qu’elle n’a pas réussi à faire jusqu’à présent, tout juste à le ralentir...Elle est encore bien loin du seuil de 60 % recommandé par les traités. 

La diminution de la dette est pourtant en vue avec l’espoir de tomber autour de 90 % du produit intérieur d’ici quatre ans. 

Oui, dès cette année, mais par palier, ça prendra  du temps. Reste une grande inconnue: il faudra bien compenser les quelque 8 milliards correspondant à la disparition programmée de la taxe d’habitation, compenser la réduction de l’impôt sur les sociétés, prendre en compte les effets du CICE, le Crédit impôt compétitivité emploi transformé en instrument de baisse de charges….Ce qui a pour effet de faire mincir les rentrées budgétaires...Sans compter que les budgets défense et sécurité ont toute chance de peser de plus en plus, dans l'environnement que l'on sait...Et puis, comme le souligne l'économiste Jean Peyrelevade il faut aussi prévoir le glissement continu des coûts de fonctionnement de l'Etat et de sa masse salariale...Tout cela pose la question de savoir de quelle marge de manoeuvre dispose réellement le gouvernement.     

Autrement dit, l’amélioration qui se dessine, si elle est réelle, encore faudra-t-il qu’elle se prolonge sur plusieurs années afin de parvenir à  des résultats suffisants qui permettent d'aller au bout d'une trajectoire budgétaire en phase avec les autres pays de l'Union européenne.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......